LES DRAGAGES A L’EMBOUCHURE DE L’ADOUR

Alors que, depuis des siècles, la côte angloye gagnait naturellement des territoires sur la mer, les activités de dragage commencées à l’embouchure de l’Adour en 1893 ont provoqué une catastrophe écologique locale en inversant la dynamique littorale. Au total, plus de 54 millions de m3 de sable ont été dragués à l’embouchure et 44 millions ont perdus au large sur une zone d’immersion de non retour. Cette érosion crée par l’homme court toujours aujourd’hui car les activités de dragage n’ont pas cessé et provoquent toujours le recul des plages angloyes à chaque fois que le sable n’est pas ramené à la côte.

Diagramme de 120 ans

Dragages à l’embouchure de l’Adour de 1896 à 2014! (Sources Archives départementaux Bayonne, Concession du port de Bayonne, 2 ETP 4/383 et CASAGEC)

 

Les activités de dragage sont encadrées par l’arrêté inter-préfectoral 04/EAU/24 du 24 mai 2004 car l’estuaire de l’Adour est à cheval sur deux département. Cet arrêté a été modifié en Juin 2012 dans le but autoriser la mise a terre d’une partie des sables dragués à l’embouchure de l’Adour a des fins non littorale alors que ce sable appartient aux plages d’Anglet, premières victimes de l’érosion artificielle causée par ces activités portuaires. Non entendu dans cette affaire, les usagers des plages d’Anglet ont levé une pétition en Mars 2013 pour le retrait pur et simple de cette modification. Nous attendons toujours le nouvel arrêté inter préfectoral qui devrait sortir au printemps 2016.

 

zone du clapage côtier anglet

 

Vous trouverez dans cette onglet le suivi, année après année, des résultats des campagnes de dragage depuis la campagne de l’automne 2011.

L’équipe SosLa

Publicités