VERS LE DÉPÉRISSEMENT INÉLUCTABLE DE LA GROTTE

Le phénomène d’ensablement qui avait eu raison une première fois de la caverne, finit par reprendre le dessus et l’antre va disparaître une fois pour toutes sous les sables:

En 1867, H.-L. Fabre note dans une de ses Lettres Labourdine qu’ « à la pointe du phare, se cache l’anse derrière laquelle était cette grotte de tendre et fidèle mémoire, qui valut à ce lieu discret et solitaire le nom de la Chambre d’Amour. Le sable refoulé par la mer, qui empiète de plus en plus tous les ans, cache, aujourd’hui aux regards profanes, comme un tombeau sacré, son enceinte où disparurent les deux amants dévoués et semblables… » (59)

En 1875, le plan de la commune d’Anglet, conservé aux archives de la ville, ne signale plus la présence de la grotte.(60)

En 1876, le comte R. de Bouillé fait une petite allusion à la grotte de la Chambre d’Amour dans son recueil qui s’intitule: « Paléontologie de Biarritz et de quelques autres localités« (15, p27-28). Il raconte aussi la mésaventure de la pointe du même nom où le propriétaire, un excentrique, dynamita l’extrémité de l’éperon rocheux pour en extraire des moellons, ce qui explique aujourd’hui son nez cassé! Un chemin fut taillé par la suite dans la roche pour accéder à la baie! L’anse est devenue une carrière à ciel ouvert, d’où l’on entend un tonnerre artificiel dans l’intérêt d’approvisionner les charretiers en pierre et en sable et satisfaire une urbanisation biarrotte en plein expansion…On ne comptera pas moins de trois carrières et plusieurs projets d’extraction industrielle de sable littoral en ce lieu durant cette fin de siècle!

En 1882, Paul Perret, journaliste romancier, écrit au sujet de la grotte dans un guide sur le pays basque: « C’est la curiosité banale de ce coin de pays; il faut s’y prêter, comme tout le monde. Une grotte qui n’est pas une grotte, mais une anfractuosité assez profonde dans un massif de roches, et presque ensevelie par les sables. » (16, page 57-58).

En 1885, un nouveau cap est franchi avec l’inauguration le 07 Juin du premier établissement de bain à la petite Chambre d’Amour. Pour y accéder, une route digne de ce nom est aménagée près du front de mer. Elle passe devant la grotte avant d’enjamber la pointe rocheuse, puis traverse la baie passant à proximité de l’établissement de bain avant de regagner le chemin vicinal par la route des carrières.

1884-projet-construction-ad-64

Projet de construction de l’établissement de bain à la petite Chambre d’Amour en 1884.

Toujours en 1885, dans le « Biarritz illustré » de Louis de Joantho, la grotte de la Chambre d’Amour est une nouvelle fois décrite comme un réduit obscur encombré par les sédiments littoraux que la mer vomit. Fort heureusement, la légende donne encore un sens à cette promenade bucolique.(47; p107)

En 1888, le guide P. Joanne sur les Pyrénées, décrit une nouvelle fois le lieu comme une grotte insignifiante…

Le 15 Février 1894, l’Echo des jeunes publie un joli poème de H. Bonnardot qui obtient une médaille de bronze à un concours. A la fin de sa tirade, l’auteur soulève que le sable de la dune a fini par combler l’entrée de la grotte dont il ne reste plus trace.(51)

En 1895, le guide Baedecker du Sud-Ouest, si détaillé, si minutieux et si complet d’après E. V. Telle, ne dit mot sur la grotte d’Anglet.

En 1899, le Guide Conty, qui raconte une ballade pédestre depuis Biarritz jusqu’à l’embouchure de l’Adour, alerte sur le fait que la grotte est ensevelie par les sables. (50, p78)

A partir de cette dernière date, plus aucun guide sur la région ne parlera de la fameuse grotte. Elle disparaît du paysage local dont elle avait fait pourtant la réputation, signant ainsi la fin d’une belle époque.

L’ABSENCE INAPERÇUE DE LA GROTTE

A partir du début du 20 ème siècle, le quartier de la Chambre d’Amour apprend à vivre sans sa grotte et réfléchit à sa reconversion.

En 1894, la Société de Terrains du Golf de Biarritz achète, par acte du 13 Août, les terrains de la baie de la Chambre d’Amour présents autour de l’établissement de bain et comprenant l’éperon rocheux. (61)

plan1888

Plan du parcours de golf de Biarritz en 1895 . Le green du trou n°14 se situe juste au dessus de la grotte disparue (source Biarritz Golf Club)

En 1905, l’auberge Bernet, située devant la grotte, est transformée en bar car nombreux sont les charretiers à passer devant, chargés de sable littoral, à la recherche d’un peu de réconfort dans leur dur labeur!

img_2713

L’ auberge qui devint la buvette Bernet au début du 20 ème siècle. On distingue quelques charrettes.

En 1906, un projet d’extraction de sable littoral est proposé à l’Etat par Mr Zueras, et ce juste devant la grotte. Le projet prévoit une voie ferrée de 60 cm de large avec wagonnets, pour transporter le sable chargé depuis la plage où siégeaient les baraques de bains. Fort heureusement, le projet sera stoppé mais d’autres personnes tenteront leur chance avec des alternatives toutes aussi effrayantes au sud de la baie! (39) L’emplacement de la grotte est absent des nouvelles cartes des Ponts et Chaussées…

En 1909, les promoteurs immobiliers de Biarritz, en quête d’un nouvel « Eldorado », s’intéressent sérieusement à la Chambre d’Amour. Une convention est signée entre la ville d’Anglet et la Société Centrale des Stations Balnéaires et Thermales de France, pour notamment le développement d’équipements d’accueil balnéaire avec la vente de 33 000 m2 de terrain. (49,page 4) Mais l’arrivée de la guerre de 14-18 marque la fin des voyages touristiques en Europe et l’arrêt de tous les projets de ce genre.

En 1920, le roman de Benoit Pierre qui s’intitule « Pour Don Carlos » rappelle que « la Chambre d’Amour, c’est la plage de Bayonne, entre le phare de Biarritz et la Barre de l’Adour. Une mauvaise plage ou l’on n’a pas intérêt à se baigner à cause des courants et aussi du souvenir. On l’appelle ainsi parce que deux jeunes amants s’y laissèrent, parait-il, surprendre jadis dans une grotte par la marée, et périrent noyés » (61). L’existence de la grotte y est relayée avec dans un passé hypothétique.

Le 02 septembre 1927, l’auteur angloy Amédée Dufourg s’exprime sur la grotte lors de son discours au Capitou de l’Académie Gascoune de Bayonne: « Malheureusement, il y a fort longtemps que la Chambre ne parait plus, remblayée peu à peu par des débris arrivant du haut. C’est fort regrettable et si vous connaissez quelque membre de la municipalité, demandez lui s’il n’est pas possible de mettre la grotte à jour« . (13 p62)

Avec les années folles, les mœurs changent sur la côte basque. Le côté bucolique du quartier de la Chambre d’Amour va faire place à la jeune jet-set européenne venue s’amuser à Biarritz! En 1928, la société immobilière et hôtelière de Biarritz finalise le projet d’avant guerre avec la construction d’un établissement de bain « grand standing » incluant piscine et parking. L’endroit sera remblayé avec les sables des dunes avoisinantes où poussait jadis la vigne. En effet, le terrain à bâtir se situait en contrebas de la route des carrières et nécessitait un terrassement pour le mettre à l’abri des humeurs de l’océan. La buvette de la grotte, quand à elle, va devenir l’hôtel restaurant le « Crampe d’Amou ».

Lors de son passage en 1931, le géologue Yves Deler fait une description géologique éclairée de la côte basque (31, p 29). Il signale que la grotte de la Chambre d’Amour n’existe plus et que la pointe du même nom est devenue une forme littorale morte due au jeu normal de l’ensablement à cet endroit.

En 1942, durant un épisode sombre de notre histoire, un pan du Mur de l’Atlantique s’installe juste au dessus de l’entrée de la cavité disparue, avec la construction d’une tourelle de défense allemande protégeant le flan nord de l’éperon rocheux.

63570329

L’entrée de la grotte fut guetté par une casemate allemande présente juste au dessus. Cette fortification a fait réapparition lors des travaux de confortement de la falaise en 2012

Le 28 Novembre 1956, l’emplacement de la grotte a disparu de la mémoire collective puisque l’assemblée générale du syndicat d’initiative d’Anglet, sous la présidence du docteur Genthile, tente de relocaliser la grotte de la Chambre d’Amour. Mais les avis sont partagés entre les angloys. Certains la localisent au pied de la pointe St Martin, d’autres au niveau de la pointe de la Chambre d’Amour…(28)

Le 01 Janvier 1957, « La légende de la Chambre d’Amour » fait encore rêver les romantiques et devient une chanson de notre célèbre crooner local, le magnifique Luis Mariano!

En 1965, une nouvelle maison est construite juste devant la grotte et à côté de l’hôtel restaurant le « Crampe d’Amou ».

En 1969, Emile V. Telle(4) publie un opuscule de géographie humaine sur la grotte. Il rappelle que Biarritz doit sa renommée grâce à la légende de la caverne, qui était dans les feux de la littérature romantique du 19 ème siècle, bien avant que le goût pour les bains de mer n’arrive à Biarritz, et qui, par conséquent, a contribué à son développement touristique. Il tente de la relocaliser: « La grotte, appelée Chambre d’Amour, …, est pratiquement introuvable, le niveau de la plage s’étant élevé de trois à quatre mètres au cours de deux siècles. On peut la situer néanmoins à une trentaine de mètres, à l’arrière de la borne des Ponts et Chaussées de l’esplanade de la piscine; elle est de plus masquée par des baraques à usage commercial qui ont fini par défigurer un paysage qui faisait autrefois l’émerveillement du promeneur solitaire…Si la caverne dite de la Chambre d’amour est ensevelie, elle a toutefois légué son nom et sa légende à un quartier d’Anglet…. » Il pense aussi que si la grotte est tombée dans l’oubli, c’est avant tout dû à un changement de mode… A la vue de nos recherches, il nous semble plus opportun de concevoir que cet abandon est lié à l’avancée rapide de la terre sur la mer la comblant en moins de 30 ans et dénuant la légende des amoureux de tout sens! Rappelez-vous, l’endroit avait atteint sa renommée internationale à l’époque de l’empire, époque où le visiteur, les pieds dans l’eau, pouvait contempler cette cavité tout en gardant un œil sur l’océan en perpétuelle mouvement. Et maintenant…

grotte1970-b

En 1970, son emplacement présumé devient même un refuge aux voitures qui cherchent un peu l’ombre sous la falaise.

En 1974, Renée Cuzacq, célèbre historien local, publie une étude sur la grotte et assure que, « même si elle a disparu sous les sables, l’endroit reste toujours aussi joli et même grandiose avec un nom aussi évocateur. Ses fastes ne cessent de continuer d’arriver jusqu’à nous. » Malgré ce constat très positif, cet homme conquis n’aura pas la chance de connaître l’heureux événement qui se prépare en cette fin de décennie…(21)

Prochain épisode:

« LE GRAND RETOUR DE LA GROTTE DE LA CHAMBRE D’AMOUR« 

L’équipe SoSLa

Bibliographie:

(1) J.F Larguillier et P. Charbonneyre, RR-32374-FR, « Effondrement de l’allée des Arroques, étude géologique et prospection radar » 15 03 1991, BRGM Aquitaine.

(2) Pierre de Lancre « Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons... , Paris 1612, p43 et 44.

(3) E. Ducéré, Société des sciences, art et lettres de Bayonne »Entrée solennelle des rois, reines et grands personnages dans la ville de Bayonne. » Chapitre II, le prince de Condé, 1903, p41 et p42.

(4) Emile V. Telle, professeur de lettre à l’Université Catholique d’Amérique, à Washington: « La Chambre d’Amour : les origines littéraires et pittoresques de la fortune de Biarritz » Marrimpouey Jeune, Pau, 1969, Médiathèque de Bayonne.

(5) F. de Baculard d’Arnaud: » Délassement de l’homme sensible ou Anecdotes diverses » Tome V, Neuvième partie, page 224-246.

(6) Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent; Annales des Voyages, de la Géographie et de l’histoire Tome VI, 1810: »Sur les grottes de Biarits, près de Bayonne » p54.

(7) Jean Thore, « Promenade sur les côtes du golfe de Gascogne ou aperçu topographique, physique et médical des côtes occidentales de ce même golfe », 1810.

(8) Edouard Ducéré: « Les journées de Napoléon à Bayonne » Bayonne 1908. page 51 et 69

(8b) Népomucène Lemercier, « Mercure de France » 33 ème tome, Paris, 1808.

(8c) Mademoiselle Avrillion, « Memoires de Mademoiselle Avrillion, premiere femme de Chambre de l’impératrice« Tome I, Paris, 1833.

(9) Etienne de Jouy: « L’Hermite en province » Tome I, 1819.

(10) Joseph de Walsh,  » Suite aux lettres vendéennes » Paris 1829.

(11) Prosper de Lagarde, « Voyage dans le pays basque et aux bains de Biarritz« Paris 1835.

(12) Charles Hennebutte « Le guide du voyageur, de Bayonne à Saint Sébastien » 1852, Archives Médiathèque de Bayonne.

(12b) Courrier de Bayonne 19, 22 Mai et 16 Octobre 1853, Archive Médiathèque de Bayonne.

(13) Pierre Laffargue: « Anglet, la Chambre d’Amour » 2007, Edition Atlantica.

(14) Germond de Lavigne,  « Autour de Biarritz : promenades à Bayonne, à la frontière et dans le Pays basque« , 1856, Paris.

(15) Comte Roger de Bouillé: « Paléontologie de Biarritz et de quelques autres localités« , Pau, 1876.

(16) Paul Perret, « Le Pays Basque et La Basse Navarre » 1882, Paris.

(17) Carte dont la réalisation était située entre 1680 et 1700 par Raymond Ritter, historien seiziémisme et pyrénéiste français. (1894-1974)

(18) Hector Iglesias, professeur de la langue basque, « Onomastique historique de la paroisse labourdine d’Anglet au XVIIIe siècle« Janvier 2000, page 9.

(21) René Cuzacq, « La prestigieuse histoire de la Chambre d’Amour« , S.S.L.A.B, 1974, série N 130.

(22) Armand de Quatrefages, Souvenir d’un naturaliste, « La Revue des deux Mondes, recueil de la politique, de l’administration et des mœurs » Janvier 1850.

(23) Pierre de Gorsse: « Biarritz de jadis, plage des rois » 1962.

(24) Camille Pitollet, Bulletin Hispanique « Les débuts du règne de PhillipeV  » 1934.

(25) Le maréchal de Bassompierre, « Mémoire sur l’histoire de sa vie » 1665.

(26) Gabriel François baron de Blaÿ de Gaïx, « Histoire militaire de Bayonne: De la mort d’Henri IV à la Révolution française » 1980.

(27) Henri Beraldi, « 100 ans aux Pyrénées » 1899.

(28) Jean Laborde, Courrier de Bayonne, 4 Décembre 1956, Archives Médiathèque de Bayonne.

(29) E. Ducéré, 1908: « Marie-anne de Neubourg à Bayonne 1706-1738″ Archives Médiathèque de Bayonne.

(29b) E. Ducéré, 1908:  » Les journées de Napoléon à Bayonne : d’après les contemporains et des documents inédits » . page 39; 51; 68.

(29c) E. Ducéré, 1904: « L’impératrice en cacolet » SSALB, page 171.

(30) Manex Goyhenetche, « Histoire d’Anglet: des origines à nos jours », Donostia, Elkar, 1997.

(31) Yves Deler, « Esquisse morphologique de la côte basque française entre l’embouchure de l’Adour et celle de la Bidassoa« , Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 3, fascicule 1, 1932.

(32) René Cuzacq, Anglet Mag « Image du passé à la Chambre d’Amour » Médiathèque de Bayonne.

(33) Lassus Alfred, « Petite contribution à l’histoire d’Anglet » n°88, Ekiana 2003

(34) Wilhelm von Ludemann,  » Züge durch die Hochgebirge und Thäler der Pyrenäen im Jahre » 1822.

(35) Adolphe Joanne : »Itinéraire descriptif et historique des Pyrénées de l’Océan a la Méditerranée » Edition Hachette, 1858.

(36) SOLETCO S.A., Etude Géotechnique, « Falaise du VVF« , Anglet, 4 Juillet 1984, Archives Municipaux de la Ville d’Anglet.

(37) Pierre Hourmat: »La Chambre d’Amour » Anglet Magasine, 1979, Archives Médiathèque Bayonne.

(39) Archives départementaux de Pau, Sous série 4S185, Ponts et Chaussées de Bayonne.

(41) Félix Morel: »Bayonne, vues historiques et descriptives« , Bayonne, Juin 1836.

(42) Auguste Bouët, le Courrier de Bayonne: « La Chambre d’Amour » Octobre 1853, médiathèque Bayonne.

(43) Germond de Lavigne, l’Artiste, journal de la littérature et de l’art: « L’artiste en Province« , Paris, 1842.

(44) Victor Hugo, En voyage, Alpes et Pyrénées, 1843.

(45) Richard, « Guide pittoresque et artistique du Voyageur, du géologue et de l’homme du monde aux Pyrénées » 1845.

(46) Auguste Chaho, écrivain et périodiste basque: « Biarritz, entre les Pyrénées et l’Océan : itinéraire pittoresque » Deuxième partie, Bayonne, 1855.

(47) Louis de Joantho, « Biarritz illustré » Médiathèque de Bayonne, 1885.

(48) Madame Lamagnière, « Le Guide de l’étranger pour Bayonne et ses environs« ,  Bayonne, 1864.

(49) Jakintza, André Lebourleux: « Chiberta: de la Barre à la Chambre d’Amour » N39, 2007.

(50) Guide Conty: »Les pyrénées occidentales et centrales et le sud ouest de la France« , Paris, 1899.

(51) H. Bonnardot, « La Chambre d’Amour » L’Echo des jeunes, journal littéraire, 15/02/1894

(52) Dr Ch. Lavielle, « Où faut-il en France, passer l’hiver? Les stations climatiques hivernales« , Paris, 1901.

(54) Paul Raymond « Dictionnaire Topographique du Département des Basses-Pyrénées« , Imprimerie Impériale, 1863.

(55) P-J. Lesauvage, pharmacien militaire: « Essai topographique et médical sur Bayonne et ses environs » Paris, 1825.

(57) Mémoire du constructeur de navire Castaings de Bayonne, 1725.

(58) Jean-Baptiste Bailac:« Nouvelle chronique de la Ville de Bayonne » imprimerie Duhart-Fauvet, Bayonne 1828.

(59) H.-L. Fabre « Lettre Labourdine », 7 ème lettre du 30 juin 1867, Médiathèque Bayonne.

(60) Plan de la commune d’Anglet de 1874 présent aux archives de la ville d’Anglet.

(61) Benoit Pierre: « Pour Don Carlos« , Paris, 1920.

(62) Luis Mariano: « La légende de la Chambre d’Amour« , auteur Francis Blanche, Rolf Marbot, 1 Janvier 1957.

(63) Plan cadastral Napoléonien de 1831, tableau d’assemblage de la ville d’Anglet, archives départementales de Pau.

Publicités

2 réflexions sur “La grotte face à son imparable destin: sa disparition! Episode 5/7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s