Présentation de la réunion:

Nous avons été invités le Mardi 9 Mai 2017 par Mr le maire d’Anglet a une réunion d’information et d’échange sur le littoral angloy. Le but recherché était de faire le point sur la situation de nos plages et de présenter les actions engagées pour la préservation de ce patrimoine. En effet, cela faisait deux ans qu’aucune réunion de ce genre n’avait eu lieu.

Présentation du maire de la ville d’Anglet:

Claude Olive ouvra la séance en présentant une nouvelle fois les atouts actuels de notre littoral, atouts qui en fait encore aujourd’hui sa réputation internationale, et une force économique pour la ville d’Anglet. Il rappela que d’autres réunions du genre auraient lieu chaque année. Puis Mr le Maire laissa place à ses collaborateurs assurer la réunion.

Présentation de ladjointe à l’environnement:

Madame V. Dequecker pris la parole. Elle remercia tout d’abord les associations de leur présence avant de passer la parole au premier intervenant.

Présentation du capitaine d’armement sur les opérations de la drague Hondarra:

Mr T. de Recy (TD), représentant de la CCI BPB, présenta les zones définies par le nouvel arrêté de dragage dans l’estuaire de l’Adour et les zones de clapage en mer (zone A et B) et dans le chenal de l’embouchure (zone C) . Le volume de sédiment dragué en 2016 à l’embouchure du fleuve était de 389 000 m3 dont 97% ont été clapé sur la côte. Le volume de vase dragué dans l’estuaire était de 191 000 m3 dont 0.6% ont été clapé en zone interne, zone située dans le chenal de l’Adour. Depuis le début de l’année 2017, la drague réalise un sans faute avec 100% des sables de l’embouchure clapé devant les plages. A priori, la drague Hondarra évite le sur-dragage dans l’estuaire et diminue l’utilisation de la zone de clapage interne.

unnamed

Puis il exposa une étude menée en Mai 2016 et demandée par l’ARS sur l’impact bactériologique des clapages côtiers sur la qualité des eaux de baignade. Cette étude qui  simula 36 scénarios, démontra que dans le cas le plus défavorable, on retrouvait moins d’une UFC pour 100 ml d’eau de mer, ce qui est extrêmement faible. Ainsi, l’ARS a donné son feu vert pour que la drague puisse travailler devant la côte durant la saison estivale, c’est à dire entre le 15 Mai et le 30 Juin et tout le mois de Septembre.

Les analyses des sédiments présents sur les zones de dragage sont faites deux fois par an.

Les objectifs en 2017 du clapage côtier, c’est de concentrer au maximum les largages dans la nouvelle zone étendue vers le nord du littoral, soit au droit des plages de l’Océan et des Dunes. (voir le rouge clair de la zone B) Tous les mois, vous trouverez le programme de la drague d’Hondarra sur le site du port de Bayonne à l’adresse suivante: http://www.bayonne.port.fr/actualite/6/159/programme-de-la-drague-hondarra-pour-le-mois-de-mai-2017

Un compte rendu de l’ensemble des activités de dragage sera réalisé tous les ans au S3PI de Bayonne et au Sage Adour-Aval.

Question SoSLa: Qui définit les zones de clapage devant la côte?

TD: Les zones de clapages sont choisis en fonction des besoins demandés par le Casagec et la ville d’Anglet.

JG: Les bathymétries étant relativement correct sur le sud du littoral, la volonté sera de concentrer les efforts entre la plage de la Madrague et la plage des Dunes pour l’année 2017 afin de voir comment les petits fonds évoluent. Par la suite, les travaux s’adapteront en fonction des petits fonds. Les relevés bathymétriques sont fait deux fois par an, à l’automne et au printemps. En fonction des résultats, les clapages évolueront sur le littoral.

Question Adala: Pourquoi la zone de clapage au large a t elle été modifiée?

TD: il y a eu un engraissement de la zone de clapage du large avec l’apparition d’un haut fond s’élevant à – de 20 mètres de profondeur. Pour stopper ce phénomène de haut fond, la zone de dépôt a été décalée vers l’ouest.

haut fond

Voici le haut fond en question en 2004 avec une bathymétrie légèrement différente.

 

DR: Ce monticule présent au large a tendance à provoquer l’accélération de la houle qui se concentre au niveau de la zone des Cavaliers. C’est aussi pour cette raison qu’il ne faut pas claper toujours au même endroit le long de la côte car l’apparition d’un haut fond devant les plages provoquerait une érosion plus rapide de la zone en question.

Question Adala: A-t-on une idée des sables qui auraient été potentiellement perdus?

DR: Durant les années 90 et 2000, le budget sédimentaire des plages d’Anglet était en chute libre. Depuis la reprise des clapages côtiers en 2010, le phénomène a ralenti. Pour le moment, les volumes rapportés par la drague n’ont pas encore comblé les volumes qui disparaissent. De toute façon, une partie se perd entre le haut des plages, les fonds du large et le transit vers l’embouchure. Mais l’évolution sédimentaire, depuis la reprise des clapages est en constante progression.

Présentation du projet de reprofilage des plages 2017 par la ville d’Anglet:

Anne Francine LAFFONTAS (AL) pris la parole pour expliquer le projet. Les bulldozers sont les mieux adaptés aux opérations. Ils sont plus efficaces quand ils sont de léger gabaries, car meilleur adaptation avec la granulométrie des plages. Il y a des relevés topographiques avant, pendant et après les opérations avec le Casagec. La moyenne des volumes déplacés par campagne est de l’ordre de 150 à 200 000 m3.

Les buttes présentent l’année dernière en milieu de plage ne se sont pas reformées cette année grâce notamment à un hiver peu énergétique. Le travail va donc être moins lourd pour revenir à des profils convenables. Les travaux vont commencer le 15 Mai 2017 pour une durée de 4 semaines environ. Démarrage par les plages sud. Deux bulldozer pour la première semaine. Marinella, étant la première plage surveillée de l’été, les travaux y seront terminés avant le 27 Mai.

unnamed (2)

Test qui avait été proposé par le COLIAN en 2016

A Marinella, un essai va être tenté. Le travail consiste à pousser le sable vers les digues nord et sud de la plage ainsi qu’au centre comme le montre le schéma.

Sur les autres plages, le travail sera généralement de pousser tout droit du haut jusqu’en bas du rivage. A partir de la plage des Corsaires et vers le nord, les bulldozers  interviendront par 3. Un décaissage des enrochements du haut de plage sera prévu aux Cavaliers.

Question des Guides de Bain AngloysSerait-il possible de mettre en place des stratégies de reprofilage sur les petits fonds afin de les adapter au mieux aux zones de surveillance des baignades et aux écoles de surf?

JG: A Marinella, le sable va être poussé vers les épis et au centre de la plage, comme vous l’aviez suggéré l’année dernière. On sait qu’on peut le faire et on a le temps pour, donc on va le faire. On va le faire aussi au sud des Cavaliers en poussant de biais. Après, si vous voyer d’autres zones qui mériterez un traitement en biais, pourquoi pas!

DR: Le problème sur le reprofilage au nord, c’est que la granulométrie est très grossière. On a beau pousser vers le rivage, mais les graviers reviennent très rapidement restaurer la pente initiale avec l’aide de la houle en quelques jours. Aussi, c’est une perte de temps et d’argent que de vouloir faire des opérations dans l’état actuel de ces plages nord aujourd’hui. Il faut miser sur l’apport que réalisera le clapage côtier pour créer un retour de sable fin qui abaissera la pente de l’estran. Actuellement, sur les bathymétries, on voit déjà un petit retour dans les petits fonds de la plage de l’Océan.

JG: On ne fera pas de miracle avec le reprofilage. C’est pour cela que l’on mets le paquet sur le nord du littoral avec le clapage côtier afin de voir l’effet que cela aura. Ensuite, on en tirera les enseignements et on verra si l’on arrête ou si l’on continue cette solution.

Question Anglet Surf Club: Qu’en est-ce que vous compter revenir vers le sud question clapage, car il y a aujourd’hui un gros trou qui s’y ait formé devant la plage du club, où même à marée basse, on a plus pied?

DR: Là, on attend que la nature fasse son travail! Le banc qui est plus au large devrait progressivement revenir vers le bord. Grace à la drague à demeure, on va pouvoir dans l’avenir prioriser les missions littorales et optimiser les besoins en fonction des évolutions .

Présentation du directeur adjoint des services techniques de la ville.

Mr J. Gunsett nous parle du contrat de partenariat mis en place avec le Casagec depuis 3 ans. Il s’agit là de la mise en valeur des données relevées sur le littoral angloy depuis 2010. Ces données ont été synthétisées en modèle 3D pour donner la possibilité au grand public de mieux appréhender l’évolution des plages d’Anglet, saisons après saisons et de voir l’effet des clapages côtiers pour les fonds marins et la côte. De plus, un suivi vidéo va être aussi mis en place sur le phare de Biarritz avec une caméra qui va enregistrer régulièrement tout le littoral angloy.

Présentation du Casagec:

D. Rihouet (DR) présente les fameux modèles tridimensionnels des plages d’Anglet avec du bleu pour les accrétions et du rouge pour les érosions. Avec la reprise des clapages côtiers en 2010, on note une tendance à l’engraissement des petits fonds jusqu’à l’automne 2013. Après l’hiver 2013-2014 très énergétique, les petits fonds sont tous en érosion , les haut de plages bombés et l’embouchure, quand à elle, est très engraissée! Depuis 2015, les clapages côtiers ont progressé et à nouveau, on observe un retour des sables dans les petits fonds, de façon très significative entre les Corsaires et l’Océan. En effectuant dans l’avenir des clapages réguliers près des plages de l’Océan et des Dunes, on espère avoir un impact significatif pour le ré-engraissement des petits fonds des plages des Dunes et des Cavaliers et une amélioration des pentes d’estran qui y dépasse actuellement les 10%. Donc pour résumer, là ou il y a du clapage côtier, les pentes sont faibles (entre 2 et 3%) et le sables est plutôt fin (sud d’Anglet). Là ou il n’y a pas de clapage côtier, le sable est grossier et les pentes sont fortes >10% (nord d’Anglet) Conséquence, les trous d’eau au nord avec plus d’1.5 mètres de profondeur à mi marée, impliquent des difficultés pour les baignades, notamment chez les enfants. Le phénomène est exacerbé à la plage des Dunes. (39.42)

Le système vidéo posé sur le phare est très performant. En plus du suivi sédimentaire, il va permettre de mesurer la fréquentation des plages autant dans l’eau que sur la plage et de comprendre où se trouve les points les plus prisés par la population.

Question Adala: Y a t il des capteurs installés quelque part?

DR: Les relevés bathymétrique sont réalisés sur la plages avec un quad monté avec un Dgps qui fait des relevés tous les 100 mètres et un sondeur acoustique monté sur un bateau pour les relevés en mer.

Question SosLa: Est ce que vous tenez compte de l’aléa côtier pour guider les clapages ou bien tenez-vous juste compte des évolutions des plages?

DR: Non, on ne tient pas compte de l’aléa côtier. Si l’on voulait y répondre, il faudrait savoir si l’on veut répondre à l’aléa submersion ou à l’aléa lié au trait de côte. Pour l’aléa trait de côte, le risque est très faible car on a fixé les dunes depuis de nombreuses années avec des enrochements ou promenades. Le rivage ne peut plus vraiment reculer. Si on parle de l’aléa submersion, ce dernier est plus gouverné par l’effet de la pente de la plage. Plus on a des pentes fortes et des enrochements ensablés, plus on va avoir des jets de rives importants en dehors des plages. Bien au contraire, si l’on a des petits fonds bien constitués, on aura des pentes moins importantes et des jets de rives moins inquiétant pour les habitations qui se trouvent derrière les limites de la promenade. IL faut donc désensabler les enrochements de haut de plages pour qu’ils puissent jouer leur rôle de dissipation d’énergie et de façon détournée, recréer des petits fonds avec le clapage côtier pour baisser les pentes.

Présentation de la missionnée développement durable à l’agglo Pays Basque:

Caroline Sarrade nous explique la stratégie du trait côte mise en place par l’ex-Acba pour le littoral basque allant d’Anglet à Bidart. Il s’agit d’une feuille de route volontariste avec un programme d’action jusqu’à 2043. Cela a nécessité un travail long, faisant intervenir plusieurs groupes d’experts et d’élus. Cette côte est partagée entre côte rocheuse et côte sableuse avec un recul moyen de 0.2 mètres pour le premier et de 0.5 à 1 mètre/ an pour le deuxième. Si rien n’était fait d’ici 2043, 35 commerces et 412 habitats (maison ou résidence) seraient menacés par l’érosion.

unnamed (3)

Anglet a donc été coupé en deux tronçons, en fonction de l’aléa. La politique de lutte prévue est celle qui court actuellement, présentée dans les exposés précédent et ce jusqu’en 2023. Ensuite, un point sera fait afin de voir ce qu’il faudra faire en terme d’enrochements ou autres solutions jusqu’en 2043 si l’on veut améliorer les résultats. Cette stratégie est intégrée dans le PLU du code de l’urbanisme des villes côtières. La stratégie reste pragmatique avec un coût de 3 millions d’euro par an sur toute la zone de l’ex-agglo. En plus des actions publiques, des concertations avec des associations privées interviendront, pour des actions privés notamment pour la protection des falaises de la pointe ST Martin.

Voilà, V. Deckequer reprend la parole pour clôturer la réunion en remerciant les intervenants. S’il reste des questions, elles pourront être posées directement par mail à Mr J. Gunsett, des services techniques de la ville d’Anglet. Il y aura une nouvelle réunion l’année prochaine dans les mêmes conditions où un nouvel état d’avancement sera donné.

Fin de séance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s