« En ces lieux jadis déserts existait, il y a longtemps, une grotte face à la mer où se rencontraient souvent deux amants. Un soir, surpris par la marée, ils périrent tous deux noyés, laissant à ces lieux pour toujours, le doux nom de Chambre d’Amour. »

Qui n’a pas entendu parler de la légende des amoureux de la grotte de la Chambre d’Amour, emportés par les flots? Ce poème, si romantique, appelait le visiteur sensible a un pèlerinage sur les plages d’Anglet, près des falaises exactement, à la recherche de volupté et de nostalgie. Cette grotte, à cheval entre la côte sableuse et la côte rocheuse, est nichée contre le flanc nord du promontoire du même nom, à 100 mètres du rivage. Le voyageur peut aujourd’hui s’y recueillir grâce à un belvédère qui en domine l’entrée. Mais ce drame local se présente comme une histoire dénuée de sens car l’emplacement de la cavité, loin du rivage, laisse perplexe sur la vraisemblance d’une telle tragédie

Pourtant, cette cavité singulière a donné son nom à un petit coin de paradis attirant, au fil des siècles, des écrivains de toutes plumes. Afin de faire toute la lumière sur la grotte, nous allons l’étudier sous un autre angle, un angle plus scientifique pour connaitre ses origines, comprendre son évolution et, finalement, aboutir à une belle surprise que personne ne soupçonnait!

Vous trouverez, dans les paragraphes qui suivent, les extraits de témoignages et les preuves les plus pertinentes pour l’élaboration de cette étude. Si vous souhaitez approfondir le volet « parnassien » de la grotte, car celle-ci possède une véritable chronique littéraire, vous apprécierez les textes originaux en vous reportant à la bibliographie à la fin du dernier chapitre.

I- LA GENÈSE DE LA GROTTE 1/7

Pour savoir d’où vient notre grotte, il est nécessaire de remonter loin dans le temps . Il y a environ 40 millions d’années, les continents sont à la dérive. Il se crée dans le sud-ouest de l’Europe une collision entre la plaque ibérique et la plaque eurasienne qui donne naissance à la chaîne des Pyrénées. Durant cette période, des couches rocheuses d’origine diverses remontent des profondeurs de la terre pour former le piémont Pyrénéen. Le plateau Saint Martin, allant des falaises de la Chambre d’Amour jusqu’à celles de Bernain à Biarritz, est un segment de cet événement géologique. Il est composé, ici, de strates de marne, de grès calcaire et de marne gréseuse de type Stampien affleurant dans le paysage littoral.(1)

2014 couche géologique d'Anglet

Carte du BRGM: près de la côte, le marron foncé représente les falaises d’origine Stampien, en jaune, les sables littoraux et en orange, les sables des dunes. La Chambre d’Amour est à cheval entre la côte sableuse et la côte rocheuse.

Durant cette période de genèse, des bulles de sel ou de gypse vont remonter à travers cette formation rocheuse par perforation de strates intermédiaires pour atteindre la surface. Dans leur ascension, ces bulles vont finir par être stoppées par des couches de calcaire trop imperméables. Ce phénomène va favoriser la formation d’amas localisés dans le plateau St Martin. La dissolution de ces amas notamment par des eaux de source ou des eaux d’infiltration est à l’origine de l’apparition de petites dolines visibles aujourd’hui autour du golf du phare. C’est suite à cette manifestation que des ingénieurs du BRGM attribuent, en 1991, l’origine de la grotte de la Chambre d’Amour située à seulement 450 mètres de ses voisines. (1) (Une autre thèse, portée par le professeur T. Mulder de l’université de Bordeaux, affirme que son apparition pourrait être d’origine karstique. Mais cette option n’ayant fait l’objet d’aucune publication à ce jour pour notre grotte, nous avons gardé la première hypothèse.)

Puis les périodes de glaciation et de déglaciation vont s’enchaîner durant des centaines de milliers d’années. La ligne de côte va faire le va-et-vient sur les contreforts pyrénéens, et provoquer une érosion lente et irrégulière du plateau continental en fonction de la roche rencontrée. Ce travail d’usure contribue à l’apparition de pointe, de baie et de cap.Il y a 18 000 ans, après avoir atteint un maximum glaciaire, la planète débute son dernier réchauffement climatique correspondant à une période nommée «Holocène ». A cette occasion, le niveau des océans va passer de -120 mètres à -10 mètres en seulement 11 000 ans! C’est alors que la mer va submerger une nouvelle fois le littoral pyrénéen, rendant vives les falaises du plateau Saint-Martin.

Ensuite, il y a environ 7 000 ans, l’océan finit par se mettre en équilibre avec le climat. Le niveau marin se stabilise et remonte depuis lentement à raison de 1.5 à 2 mm/an. C’est aussi durant cette période que des quantités astronomiques de sable, libérées par les glaciers, vont gagner la côte et suivre la dérive littorale. Cette arrivée massive de sables, poussée par les vents marins à l’intérieur des côtes, va façonner le paysage littoral.

Enfin, c’est probablement durant le dernier millénaire que la grotte de la Chambre d’Amour va s’ouvrir, grâce à l’érosion marine des derniers pans de falaise qui en cachaient l’entrée. Rappelons ici que la côte rocheuse recule en moyenne de 25 mètres par siècle soit 250 mètres par millénaire! Son dégagement se réalisera au gré des vagues et des intempéries par dégradation des couches de calcaire.

Mais la grotte, était-elle accessible à l’homme dès son apparition dans le paysage local? Probablement pas! Une étude de la SOLETCO, datée de 1985, dévoile que le sol rocheux à l’entrée de la grotte est au même niveau que la basse mer et s’élève à moins d’un mètre au dessus des eaux dans le fond de la cavité. (36 et 38) Une autre étude plus ancienne des Ponts & Chaussées démontre que dès lors que l’on s’éloigne de la caverne, le plateau rocheux descend rapidement d’une dizaine de mètres (39) et se situe déjà à 25 mètres de profondeur près des bassins de stockage des Sables d’Or (40). Ainsi, pour atteindre la grotte, il aurait fallu nager depuis le rivage ou attendre que les sables portés par la dérive littorale s’accumulent suffisamment contre les falaises de la Chambre d’Amour pour que la caverne soit accessible à pied ce qui n’était point possible à l’époque…

Bref, c’est grâce à un phénomène exceptionnel rapporté par la littérature, que l’homme va pouvoir s’en approcher progressivement, l’examiner lentement, l’inspecter entièrement, la contempler longuement, s’y reposer probablement avant de la nommer joliment!

Prochain épisode:

Des origines du terme « grotte de la Chambre d’Amour » aux prémices d’une légende!

L’équipe SoSLa

100_6065-panorama

La caverne est constituée de parois de grés aux courbes étonnamment régulières.

 Bibliographie:
(1) J.F Larguillier et P. Charbonneyre, RR-32374-FR, « Effondrement de l’allée des Arroques, étude géologique et prospection radar » 15 03 1991, BRGM Aquitaine.
(38) M. Gassan, Service technique de la ville d’Anglet « Journal sur la recherche de la grotte de la Chambre d’Amour« , Novembre 1978.

(39) Archives départementaux de Pau, Sous série 4S185, Ponts et Chaussées de Bayonne.

(40) Construction d’un bassin de stockage, Sable D’or Printemps 2016, échange avec l’entreprise  en charge des travaux.

Publicités

Une réflexion sur “La grotte de la Chambre d’Amour, à Anglet, est-elle bien celle que l’on croit connaitre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s