Ça y est, le bilan 2016 des opérations de dragages/clapage est arrivé!

Sur 389 000 m3 de sable dragué à l’embouchure de l’Adour, 377 330 m3 ont été clapés (largués) devant la zone côtière et 11 610 m3 ont été perdus au large (11610m3 correspond au chargement de 970 camions-benne). La drague Hondarra a donc réalisé un nouveau record avec près de 97% des sables dragués de retour à la côte: YOUPI!

Atteindrons-nous la perfection en 2017 ou 2018?

bilan-1974-2016

Bilan des dragage/clapage à l’embouchure de l’Adour entre 1974 et 2016.

 

Pour mémoire, deux journées de clapage avait été perdues en début d’année 2016, le 25 janvier et 04 février pour être exact, dans des circonstances énigmatiques…

bis

Jeudi 4 février 2016 fut un jeudi noir pour le littoral angloy: sur les 4 chargements réalisés par la drague Hondarra à l’embouchure de l’Adour, aucun sable n’est revenu devant la côte, soit une perte sèche de 4800 m3 dans le budget sédimentaire des plages, l’équivalent de 400 camions benne! (photo marinetraffic.com)

 

Mais les temps ont changé. Les capitaines maîtrisent mieux le navire puisque depuis cette date, il semblerait qu’il n’y ait eu que très peu de loupés et, aujourd’hui, il n’est pas rare de voir évoluer Hondarra dans des conditions de houle établie, s’approchant de la côte comme pour défier Neptune .

126_001

1,5 à 2 mètres de houle et la drague Hondarra est toujours en poste pour remplir sa mission de clapage côtier pour la préservation du littoral: chapeau bas!

 

Nous félicitons donc ces marins qui ont su s’adapter à leur devoir pour servir de leur mieux l’intérêt local, c’est à dire préserver autant que possible le littoral angloy.

Nous pouvons également noter que la drague à demeure permet au port de Bayonne de faire des économies significatives comme nous l’avions toujours avancé:  600 000€ d’épargnés rien que sur la première année! (voir article Sud-Ouest ici)

L’outil permet aussi l’emploi de 14 personnes. Emploi local comme nous l’avions toujours soutenu alors que la CCI Bayonne Pays Basque avait, au départ, fait appel à des entreprises extérieures pour faire fonctionner la drague et le remorqueur Balea….

Seul bémol, l’utilisation de la zone interne de clapage des sédiments de l’estuaire pour  0.6% des volumes. Même si cette valeur est très faible, cette zone de clapage doit être définitivement abandonnée par sécurité. Pour rappel, le commissaire enquêteur, dans son rapport, avait demandé l’abandon de cette zone, car le devenir des sédiments dans la nature était totalement incertain. Nous sommes prêt à tirer la sonnette d’alarme si cette zone était à nouveau utilisée…

A ce jour, nous attendons toujours le nouvel arrêté inter-préfectoral sur les modalités de dragage de l’estuaire de l’Adour. Nous sommes impatients de le lire afin de savoir si l’Etat aura écouté les conclusions de l’enquête publique qui comportaient 8 réserves et 7 recommandations (voir ici). Aux dernières nouvelles, sa sortie devrait être imminente.

L’équipe SoSLa

*attention erreur de résultat dans les chiffres publiés par le journal Sud ouest (voir ici)

14089084_1816805441864721_9156801566657775818_n

Clapage côtier devant la plage de Marinella à l’automne 2016!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s