Voici les grandes dates qui ont fait l’histoire du mur de soutien à la Chambre d’Amour, âgé de plus de 86 ans:

Le premier quai de la Chambre d’Amour est construit en 1884, devant le premier établissement de bain situé à la petite Chambre d’Amour. A cette époque, la TERRE GAGNE sur l’océan à hauteur de 3 mètres par an, laissant imaginer un avenir paisible à ce quai. Des tamaris sont même plantés à côté de ce mur de soutien et des buissons poussent devant, sur la plage. Rien ne laisse présager que l’homme va perturber l’écologie du système des plages Angloyes.

8072024_020978b4f4_l

Le premier établissement de bain se situait à la petite Chambre d’Amour. (photo début 1900)

– En 1893 débute les premiers essais de dragage à l’embouchure de l’Adour. A partir de 1896, 700 000 mètres cube de sable vont disparaître tous les ans des plages, soit l’équivalent de deux fois le volume de la Tour Montparnasse. Privée de son sable dragué, la côte Angloye voit sa tendance à l’engraissement s’arrêter et on constate le début d’une érosion dès début 1900.

– Deplus, en 1897, un arrêté préfectoral autorise l’extraction industrielle du sable à la plage de La Barre. 100 000 mètres cube de sables angloys disparaissent par la terre pour finir en matériau de construction.

8072010_7d6264bd27_l

L’établissent de bain avec son quai témoigne d’une absence d’érosion en haut de plage avec la présence d’une végétation dunaire qui recouvre le site début 1900.

– Le 09 Janvier 1924, première tempête qui fait date dans les annales locales. Ce cataclysme emporte tout sur la plage de la petite Chambre d’Amour, le quai mais aussi l’établissement de bain. Seul reste le bosquet présent derrière le bâtiment visible sur la première photo!

8072033_d1978d7fd0_l

Un nouvel établissement de bain est reconstruit plus en arrière du premier. La plage est marquée par des falaises vives de plusieurs mètres de haut au niveau de l’ancien quai. (photo 1929)

– En 1928, un nouveau mur de soutien est envisagé, mais cette fois-ci à la future plage du Club, c’est à dire non loin de la grotte pour recevoir le projet de la société foncière de Biarritz-Anglet, c’est à dire la construction d’un établissement de bain de standing avec piscine et parking.

8156616_40555357a8_l

Début 1900, la plage du club est une plage sauvage que les charretiers fréquentent souvent ainsi que les touristes romantiques venus flâner près de la grotte. On aperçoit les vignes qui poussent toujours sur des dunes artificielles.

Il y aura un énorme travail de remblayage avec le sable des dunes du coin car le terrain se situe en dessous du niveau de la route. Ce nouveau mur, de forme incurvée, sera construit en belle maçonnerie mesurant jusqu’à 420 mètres de long et de 3 à 5 mètres de haut.

8651850_a5bfdb36e0_l

La construction du fameux mur à la plage de la Chambre d’Amour vers 1928. (photo Pardeilhan, archives Sud ouest 3101 1980 médiathèque Bayonne)

– En 1930, la villa Zipa, posée sur la pointe rocheuse de la Chambre d’Amour et qui jouxte le nouveau mur de soutien, est démontée et reconstruite dans un autre quartier suite à des affouillements survenus sur le mur qui la précède lors de la tempête du 25 Février 1929 et face à un océan toujours plus menaçant. Cette maison sera restée une dizaine d’années perchée sur son perron face à la mer. A la même époque, il est quand même décidé de prolonger de 930 mètres le mur du Club vers le nord de la côte soit jusqu’à la plage des Corsaires afin de créer une route littorale qui allait devenir le « plus beau boulevard côtier ».

8092104_f4b9a48fb6_l

Vers 1935, l’établissement de bain et son joli quai à moins de deux mètres du niveau de la plage, paraissent paisibles.

– Toujours en 1930, on pense que l’abaissement de la plage de la Chambre d’Amour est lié aux extractions de sables opérés par les bouviers et charretiers qui en retirent tous les jours un petit peu plus à la pelle pour satisfaire la construction des villas d’Anglet et de Biarritz. Celles-ci sont interdites et ne sont plus autorisés que sur le site de la Barre à l’embouchure. Mais l’inquiétude des investisseurs et des élus se fait de plus en plus sentir…

– Entre le 15 décembre 1931 et le 15 mars 1954, l’examen des délimitations du domaine maritime montre une érosion des plages angloyes de 50 à 75 mètres correspondant à un recul de 3 mètres par an. Durant cette période, aucun incident sur le mur n’est à déplorer mais le niveau de la plage devant le quai baisse. Les dragages à l’entrée de l’Adour continuent inexorablement ainsi que les extractions littorales, plage de La Barre.

8129764_d93f328f8e_l

Vers 1950, on note une baisse du haut de la plage. Des escaliers pour y accéder sont maintenant nécessaires.

– A partir de 1960, les volumes de sables dragués à l’entrée de l’Adour augmentent sensiblement. Ils passent de 300 000 m3 à 450 000 m3 et les extractions industrielles de sable qui opèrent au nord et au sud de l’embouchure se développent, passant de 200 000 à 400 000 mètres cube par an.

– En 1961, des dégâts sur le mur de soutien sont observés au niveau de la piscine de la Chambre d’Amour, mais sans gravité. La plage est descendue de plusieurs mètres et il faut maintenant rallonger les échelles pour accéder à la plage!

8129819_0db8f573f9_l

Le Club vers 1960. Toujours plus de marche pour accéder à la plage! En second plan, l’ancien escalier est encore visible mais il n’atteint plus le sable!

– Le 12 Mars 1963, l’océan taille une brèche dans le mur au niveau de la pointe de la Chambre d’Amour. Le quai est déchaussé sur une soixantaine de mètres et la route est menacée. Cette partie du mur est la plus exposée. Il est logique qu’elle soit touchée en premier.

8146725_d83ecd67ba_l

Le mur au niveau de la pointe de la Chambre d’Amour, là ou jadis trônait la Villa Zipa, a été mal mené par les tempêtes de l’hiver 1963. Les vagues ravinent le sable derrière le mur et on devine la route en sursis sur la droite. (Archives Sud-ouest Médiathèque Bayonne)

– En Juin 1963, les réparations sont rapidement effectuées avec des blocs d’ophite qui font ainsi leur première apparition sur la côte angloye. Ces blocs sont issus de carrières situées dans l’arrière pays. Ils sont extrêmement denses et solides. C’est aussi durant cette année que débutent la construction de la grande digue du Boucau.

8177501_0c385cb7cb_l

Apparition en Juin 1963 des premiers blocs d’ophite noirs au sud de la plage du Club devant la pointe rocheuse de la Chambre d’Amour.

 

– En 1966, les travaux de la grande digue du Boucau se terminent et l’on constate amèrement qu’il faut maintenant draguer deux fois plus de sable pour libérer le chenal d’accès au port soit 700 000 mètres cube de sable angloy. La plage du Club continue de se désensabler de façon catastrophique et le mur devant l’établissement finit par s’effondrer le 23 Mai 1966 au niveau de la rotonde que forme le quai à cette endroit. Il faut reconstruire le mur dans l’urgence mais cet événement est une atteinte au patrimoine touristique de la côte basque que représentent les plages d’Anglet et une forte émotion s’empare de la population angloye. On s’interroge alors publiquement s’il s’agit là d’une conséquence de la construction de la digue nord de l’Adour…

8147198_25541e55d5_l

Le quai devant le club après la tempête en Mai 1966. Le mur de soutien s’est bien effondré. (Archives Sud-ouest Médiathèque Bayonne)

8096237_4682087181_l

Une partie du sable derrière le mur a suivi les vagues et s’en est allée… (Archives Sud-ouest Médiathèque Bayonne)

– En juin 1966, il est décidé par le conseil municipal de reconstruire un mur 2 mètres en arrière de celui existant, avec un rideau de palplanches de 7 mètres de profondeur. Entre le nouveau mur et les palplanches, il y aura une poutre en béton armé! L’ancien mur à cet endroit sera ensuite détruit et remplacé par des blocs d’ophite afin d’éviter que la plage ne s’amaigrisse, évitant ainsi la réflexion de la houle contre le mur.

8094525_5783b58848_l

Voici le résultat des travaux menés devant le Club. Le mur a reculé de 2 mètres. La piscine, elle, a l’air de vivre encore des jours heureux, mais pour combien de temps?

– En 1968, le quai au sud de la piscine est consolidé avec de nombreux enrochements et on se rend compte que le paysage et le charme d’antan est en train de prendre une claque!

8150998_53548e6128_l

Disparition de la rotonde au niveau du Club et recul du mur de soutien. Les escaliers d’accès à la plage se sont encore rallongés et les blocs d’ophites font leur apparition devant l’établissement!

– En Novembre 1969, de nouveaux désordres du mur de soutènement sont constatés mais cette fois-ci à la plage de Marinella devant le fameux hôtel. La plage est descendue de 3 mètres, le pied du mur est sapé et les jets de vague passent par dessus le quai ou ce qu’il en reste.

8147663_ab4a023f49_l

La chute d’un pan du mur vue depuis l’ancienne route littorale à la plage de Marinella en Novembre 1969.

 Didier Cazaux, lycéen à l’époque, raconte: « Je me revois encore ce samedi de Novembre 69, un trou de 50 cm commençait à se former devant mes pieds à hauteur de Marinella. Chaque vague creusée sous les fondations du mur. J’y suis retourné le soir, le trou faisait alors 50 mètres de long. Le mur était incliné, prêt à tomber vers la mer. Le dimanche matin, ce n’était plus que des morceaux sur le sables que la mer finissait de découper. »

– En Juin 1972, un nouveau mur de béton armé et une petite digue sont construits devant le groupe d’immeuble des Sables d’Or et la piscine du Club soutenus par le système des palplanches.

– En Novembre 1972, une nouvelle érosion massive touche le littoral angloy. Les plages reculent par dizaines de mètres au nord de la côte angloye et le mur de soutien, d’une distance de 1350 mètres, est détruit sur 720 mètres soit 53% de sa longueur totale. La situation devient critique pour l’hôtel Marinella qui risque basculer à tout moment. Le problème est complexe car il s’agit là d’un hôtel privé sur un terrain privé où les pouvoirs publics ne peuvent intervenir. Mais tout le monde souhaite trouver une solution pour sauver ce bâtiment faisant partie du patrimoine touristique local.

8128426_6cd67c6919_l

L’hôtel Marinella vu depuis les restes du mur de soutien en Janvier 1973 (Archive sud-ouest Médiathèque Bayonne)

– En Février 1973, l’Etat réalise une protection de bloc ophitique pour l’hôtel Marinella mais le mur de soutien qui va du nord des Sables d’Or jusqu’aux Corsaires est abandonné.

8178248_cf2163ed46_l

En Février 1973, l’hôtel Marinella est sauvé des eaux mais pas le mur de soutien qui protégeait la route littorale.

– Durant l’hiver 1973-1974, des enrochements sont placés au nord-est du quai des Sables d’Or pour protéger latéralement les avancées de la mer par rapport aux groupes d’immeubles des Sables d’Or.

– Le 18 Novembre 1974, condamnation de l’Etat, propriétaire des infrastructures portuaires, par le tribunal administratif de Pau pour sa part de responsabilité dans l’érosion des plages d’Anglet suite à la construction de la digue nord et au dragage du sable à l’entrée de l’Adour. Après l’avertissement de Victor Mendiboure(ancien maire d’Anglet) à l’Etat, des mesures sont envisagées par les services maritimes: arrêt des extractions littorales, mise en place d’un clapage côtier systématique et construction de plusieurs épis pour empêcher le sable angloy de glisser vers l’entrée de l’Adour mais il faut encore du temps pour organiser ces réformes.

– En Décembre 1974, de nouvelles érosions massives ont lieu. La plage des Sables d’Or qui existait encore quelques mois auparavant a totalement disparu. L’abaissement de l’estran est estimé à 4 mètres. Les palplanches, fixées il y a un peu plus d’un an, sont devenues apparentes et certaines déformées. Dans cette nouvelle urgence, un renforcement à l’aide de rochers est lancé pour combler les trous creusés par l’océan devant le mur .

8150403_c167d5294b_l

Le muret au niveau de la piscine en Décembre 1974 (Archives Sud-ouest Médiathèque Bayonne)

Le muret au niveau de la piscine s’est fissuré puis affaissé sur une trentaine de mètres creusant une véritable tranchée. Deux des cabanas du Club ont été détruites et la piscine inondée. La municipalité a déposé des blocs de pierre en urgence pour faire face à de nouvelles intempéries mais cet épisode aura raison de la belle piscine du Club.

– En Février 1975, l’érosion gagne la plage du VVF avalant une partie des parkings. Une carapace de rochers d’une longueur de 370 mètres est formées pour protéger le village vacances que beaucoup voient déjà disparaître!

8161555_4b9cf51bae_l

Le parking au sud du VVF a en partie disparu lors de cette tempête. De véritables falaises vives de plusieurs mètres de haut se sont formées avec la force des vagues.

Durant la même année, les premières mesures des services maritimes se mettent en place. On voit la construction du premier épi devant les Sables d’Or pour protéger le quai restant et la prolongation de la carapace de rochers de 65 mètres vers le sud à la plage du VVF.

– En 1976, la construction d’un deuxième épi devant la plage du Club fera disparaître la belle piscine sous les gravats et avec elle, s’envoleront tous les souvenirs d’été de plusieurs générations d’angloys. Un troisième épi sera crée au nord de la plage de Marinella afin de tenter de sauver l’hôtel.

– En 1977, on voit la construction de l’épi du VVF devant la pointe rocheuse de la petite Chambre d’Amour, de l’épi de la plage des Corsaires au niveau de la fin de l’ancien mur de soutien, et de l’épi des Cavaliers au sud de l’embouchure de l’Adour pour éviter que le sable ne glisse trop rapidement dans le chenal de dragage. C’est ainsi qu’il n’y aura plus de « plage de la Chambre d’Amour » mais des petites plages délimitées par des enrochements: plage du VVF, plage du Club, plage des Sables d’Or, plage de Marinella…

8150602_afeb9b28d8_l

La vielle plage de la Chambre d’Amour a laissé place à une multitude de petites plages délimitées par les épis longitudinaux et transversaux finalisés à la fin des années soixante-dix.

Suite à ces importants travaux d’endiguement, on ne verra plus de départ massif de sable à Anglet. De plus, le clapage côtier mis en place en 1974 devient vraiment opérationnel à partir de 1976 et permet de maintenir les fonds devant les plages sud du littoral.

– En 1979, la nouvelle vague de consolidation des épis en blocs d’ophite pour protéger le mur de soutien est accompagnée d’un rechargement des plages situées entre les digues avec 70 000 mètres cube de gravier et 140 000 mètres cube de sable grossier extraits de la plage de Tarnos.

– En 1980, l’hôtel Marinella ne peut plus résister aux intempérie. Il est racheté par l’Etat et rasé. La plate forme d’enrochement, sur lequel il reposait, sera enlevée en 1987 car elle aggravait l’érosion de la plage.

– Au début des années 1990, le pourcentage des sables dragués à l’embouchure de l’Adour et ramenés devant les plages est en constante baisse par rapport à la fin des années 70.

8669869_5835c4390e_l

Ci-dessus, le diagramme des activités de dragage à l’entrée de l’Adour. En vert, le sable angloy ramené sur la côte, en rouge, le sable angloy perdu pour les plages. (cliquer sur l’image pour un agrandissement)

– Au début des années 2000, suite à des études de plusieurs experts locaux, le bilan tombe: les petits fonds devant les plages d’Anglet s’effondrent à nouveau. Les musoirs des digues des Sables D’or et de Marinella en feront les frais et disparaîtront successivement en 2008 et 2009.

-A l’entrée de l’hiver 2013-2014, le littoral angloy a perdu plus de 5 millions de mètres cube de sable depuis le début des années 2000 lié la problématique du dragage de l’entrée de l’Adour. Il semblerait que les anciens locaux au pouvoir ont eu une amnésie des événements historiques et qu’une nouvelle fois l’océan a tiré son épingle du jeu en se rapprochant un peu plus du mur de soutien.

8158842_cbf5df6f60_l

Les grosses tempêtes de l’automne 2013 ont préparé le terrain en poussant le sable grossier contre les enrochements et le mur de soutien

– En Mars 2014, les incidents observés lors de la tempête Christine provoquent de nouvelles dégradations du mur de soutien et montrent que l’océan est là et qu’il frappe à la porte.

8158489_7f6e2c30ba_l

Lors de la tempête Christine, des dalles ont volé suite à la violence du choc avec les jets de vagues. Des blocs d’ophites ont été dispersés sur la plage, le sable grossier a « inondé » le quai, et l’eau de mer est venue raviner le parking.

– En Novembre 2014, la ville d’Anglet reforme à l’identique le mur d’enrochements devant le quai car des faiblesses sont apparues dans le mur de soutien.

8158564_45b3bc85c5_l

Confortement du mur de soutien au nord des Sables d’Or en Novembre 2014. (Photo Anglet Surf Info)

– La fin d’année 2015 devrait voir l’arrivée d’une nouvelle drague à demeure. Cela reste le seul espoir visible à court et moyen terme pour tenir la position actuelle sans perdre bêtement plus de sable angloy par dragage. Croisons les doigts pour que cette solution fasse l’affaire du littoral tout en sachant que l’océan conserve sa part de mystère…

8129094_15c597c605_l

Aujourd’hui encore, on peut voir dans les fondations du quai quelques pierres miraculées de ce vieux mur âgé de 86 ans.

L’équipe SoSLa

Bibliographie:

– « Etude de l’érosion de la côte basque » Alexandre A. Thèse bibliographie 2003 BRGM (RP-52370-FR et RP-52370-FRb)
– « La Chambre d’Amour » de Pierre Lafargue 2007
– « IV centenaire du détournement de l’Adour 1578-1978 » Société des sciences lettres et arts de Bayonne
– Archives Sud-ouest 1963, 1966, 1969, 1972, 1973 et 1974 Médiathèque Bayonne.

-Anglet Magasine, Pierre Hourmat, « La Chambre d’Amour à travers le temps » 1981.

Publicités

4 réflexions sur “L’histoire du mur de soutien à la Chambre d’Amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s