Bilan:

-Voici les chiffres de la dernière campagne de dragage de ce printemps 2013:
Au total 167 779 m3 de sable angloy ont été dragués à l’embouchure de l’Adour et 30 850 m3 soit 18% ont encore été perdu en zone d’immersion au large.
Pour mémoire, la dernière campagne de l’automne 2012 avait permis de draguer 154 013 m3 de sable à l’embouchure de l’Adour. 44 681 m3 avait été perdu en zone d’immersion au large soit 29%. Malgré des résultats en amélioration, les pertes sur les 2 campagnes totalisent encore 75 531 m3 soit l’équivalent de 6300 camions benne!

drague1

La drague Elbe, louée par la CCI BPB, est en train de réaliser un clapage côtier devant la plage des Sables d’Or lors d’une journée favorable.

-Suite aux largages répétés de sable sur le sud des plages d’Anglet depuis fin 2010 avec les dragues du Société de Dragage Internationale (SDI), on distingue enfin un début d’amélioration sur la zone sud et une partie de la zone centrale de la côte. En revanche la zone partant de la plage de la Madrague jusqu’aux Cavaliers laisse entrevoir une situation qui continue de se dégrader.
Le clapage** côtier montre aujourd’hui qu’il est « la solution d’urgence » qui fonctionne plutôt correctement sur les zones ou le sable est clapé. Mais il s’agit là d’un travail de longue haleine vue la technique utilisée. Ce procédé sera satisfaisant le jour où 100% du sable des plages d’Anglet dragué à l’entrée de l’Adour sera ramené sur la côte angloye.
Pour rappel, chaque fois que la drague relâche le sable sur la zone du large, le sable déposé à une profondeur trop importante ne peut regagner la côte naturellement.
Chaque fois que le sable des plages d’Anglet, dragué à l’entrée de l’Adour, n’est pas ramené sur la côte, l’érosion des plages s’intensifie ce qui crée une érosion artificielle majeure.

Conclusion:

Une fois de plus, nous voyons que même avec la meilleur volonté du monde, les campagnes de dragage de la Société de Dragage Internationale sont limitées. Il faut sérieusement penser à l’achat d’une drague adaptée pour atteindre les 100% de clapages côtiers. La balle est officiellement dans le camp de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne, responsable du dragage de l’estuaire de l’Adour pour le compte du Conseil Régional d’Aquitaine et responsable de l’érosion artificielle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s