Point érosion au 12 12 2013

Une houle exceptionnelle est venue à la fin du mois d’Octobre heurter le Golfe de Gascogne et réveiller notamment la vague de Belharra marquant le début d’un hiver infernal. Cette forte houle ainsi que celles qui ont suivit en Novembre ont pulvérisé les bancs de sables angloys formés au cours de l’été, en les redistribuant soit vers le haut des plages, soit vers le large.

Le profil de l’estran s’est donc sérieusement dégradé avec un retour vers une situation qui nous inquiétait ces dernières années, en particulier la réapparition de nouveaux trous d’eau et de fortes pentes défavorables à la pratique des sports de glisse. Mais la situation est-elle vraiment identique à l’hiver 2012-2013?

Le bilan en images lors des grands coefficients de marée, au début de l’hiver en Décembre 2013:

– Sur le sud du littoral:

Voici 4 photos disposées en ordre chronologique, toutes prises depuis le même point à marée basse, avec un grand coefficient de marée (supérieur à 100). La première photo a été prise fin Mars 2013, la deuxième fin Juillet 2013, la troisième fin Septembre 2013 et la dernière, début Décembre 2013.

29-mars-2013-maree-basse-coef-105-12h28-sosla

29 mars 2013 marée basse coef 104

25-072013

Marée basse 2013 07 25 coef 104 hauteur 0.52 mètre

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

marée basse, le 19 09 2013 coef105 hauteur mer 0.61 mètre

maree-basse-2013-05-12-coef-102-hauteur-mer-0-49m

Marée basse, le 05 Décembre 2013, coefficient 102, hauteur d’eau 0.49 mètre.

Le plateau de marée basse, présent au début de l’automne à la plage du Vvf, a été sérieusement décapité au sud avec l’apparition d’une grosse baïne. Une partie du sable disparu est venu s’accumuler en haut de plage provoquant le recouvrement des rochers et des marches de la plage. En quelques jours, 4 marches de l’escalier se sont retrouvés totalement ensevelies par ce sable poussé par les vagues de l’océan.

Ces ceux photos ont été prises avec un mois d’intervalle, la première le 3/10/13 et la deuxième le 07/11/2013.

news_2494_22859news_2494_22860

 

 

C’est en quelques jours que le sable a été poussé par la forte houle et les grands coefficients de marée du début du mois de Novembre.

 

maree-basse-2013-20-09-coef-105-hauteur-mer-0-61m

marée basse 2013 20 09 coef 105 hauteur mer 0.61m

img_5767

marée basse 2013 12 05 coef 102 hauteur mer 0.49m

Ces deux photos ont été prises a la plage du Club, à marée basse lors de gros coefficients de marée, l’une en Septembre et l’autre en Décembre.

Ici, le constat est flagrant. Le sable en bas de plage a disparu et, aujourd’hui, on ne peut plus faire à pied le tour des digues à marée basse. Une partie du sable s’est accumulé sur les enrochements près du mur de soutien, une autre est repartie au large.

 

baka

marée basse, septembre 2013

asi

marée basse , le 04 12 2016

Ces 2 photos ont été prises par Bacalao d’Anglet Surf Info à marée basse aux Sables d’Or, l’une en septembre 2013 et l’autre en Décembre 2013.

La fameuse petite digue de la piscine joue toujours à cache-cache! Alors que la plage s’était bien profilée pendant l’été, elle a repris récemment un profil plus creusé en bas de l’estran et plus bombé en haut avec de nouveau un recouvrement partiel de l’enrochement. Mais il n’y a pas (pour le moment) de disparition totale de l’épi comme à la sortie de l’hiver 2013.

– Petit saut vers le nord du littoral:

7-mai-2012-coef-109-maree-basse-profile

7 mai 2012 coefficient 109 marée basse

 

 

maree-basse-2013-07-25-coef-104-1

marée basse 2013 07 25 coef 104

maree-basse-2013-09-18-coef-104

marée basse 2013 09 19 coef 104

 

anglet-nord-maree-basse-debut-decembre3

marée basse début décembre

Voici 4 autres photos disposées en ordre chronologique. Elles sont toutes prises depuis le même point à marée basse, avec un grand coefficient de marée. La première photo date de Mai 2012, la deuxième fin Juillet 2013, la troisième fin Septembre 2013 et la dernière début Décembre 2013.

Là aussi, au niveau des Corsaires et de la Madrague, une pente raide s’est reformée et un petit lagon est apparu au bas de la plage. Le banc de marée basse qui émergeait jadis, majestueusement, a totalement disparu! Au nord de la Madrague, et ce jusqu’à la plage des Cavaliers, on note toujours l’absence de bancs de sable apparaissant à marée basse….

banc-au-large-de-la-plage-des-cavaliers-decembre-2013

Photo prise début Décembre, à marée basse depuis la plage des Dunes.

En revanche, le banc de sable immergé, déjà présent en Septembre au large de la plage des Cavaliers à proximité de la digue, s’est épaissit. Il n’est plus très loin de la fosse de garde vers laquelle le sable terminera sa route lors des prochaines grosses houles pour y être certainement dragué lors des prochaines campagnes de dragage.

La situation, bien qu elle se soit dégradée, est finalement pas encore aussi catastrophique que l’hiver dernier. Une petite houle est même venue lécher la côte en ce début du mois de Décembre au moment de grandes marées, provoquant un nouveau dégraissage des plages. Mais l’arrivée prévue de plusieurs grosses houles sur le golf de Gascogne en cette fin d’année risque à nouveau de chambouler la physionomie des plages Angloyes en redistribuant une nouvelle fois le sable au gré des courants et des vents. Que va-t-il se passer…?

L’équipe SoSLa

CAMPAGNE DE DRAGAGES AUTOMNE 2013

Bilan de la campagne:

Fait nouveau cet automne, les clapages côtiers se sont concentrés cette fois-ci sur la partie centrale du littoral. Depuis la reprise du clapage côtier* fin 2010, les sables dragués à l’entrée de l’Adour avaient pour coutume d’être déposés entre l’épi de la plage du vvf et l’épi de la plage de Marinella. Nous avions constaté alors au printemps 2013, pour la première fois depuis une dizaine d’années, la tendance à une amélioration du profil des plages sur la partie sud de la côte et le status quo toujours visible sur le nord du littoral. Un autre article au début de l’automne 2013 constatait même une diminution des bancs de marée basse sur la partie centrale du littoral angloy. L’alerte donnée par les MNS, les surfeurs de cette zone et nous mêmes semblent avoir abouti aujourd’hui puisque c’est la première fois, depuis la reprise des clapages côtiers, que des dépôts de sables s’effectuent à proximité de l’épi de la Madrague. Le niveau des bancs de marée basse des plages du centre et même du nord d’Anglet devraient donc s’améliorer au cours des prochaines années si l’opération est consolidée dans l’avenir.

-Les résultats du dragage de la fosse de garde sont les suivants:

Au niveau des sables clapés sur la côte angloye cet automne, 97 647 m3 de sable ont été déposés en zone d’immersion côtière devant les plages d’Anglet sur un total de 149 526 m3 de sable dragués à l’embouchure de l’Adour au niveau de la fosse de garde (voir schéma ci-dessus). Autre constat, les 35% des sables dragués restant, provenant des plages d’Anglet, ont été perdus sur la zone de dépôt au large. Cette perte va accélérer une nouvelle fois l’érosion des plages car bien qu’une partie ait été déposée à proximité de la plage de la Madrague, zone où il y avait urgence, le bilan sédimentaire de la côte angloye continue d’être un peu plus négatif.

fosse de garde et chenal de navigation
Schéma de thèse, Dubranna 2007: Situation de la fosse de garde, du chenal de navigation et des zones de dépôt.

 

-Les conditions météorologiques lors de cette campagne:

Elles ont été très favorables. En effet, sur huit jours de dragage, seuls les 2 premiers jours ont connu une houle supérieure à 1.5 mètres.

dragage estuaire de l'Adour automne 2013
Schéma Windguru Archive.

Mais après consultation du directeur du dragage du port de Bayonne, il semble que les marées jouent de manière importante sur le dragage du banc St Bernard qui reste pour la CCI Bayonne Pays Basque (CCI BPB)  prioritaire sur les clapages côtiers. Cela expliquerait pourquoi 15 cycles de dragage du banc Saint Bernard, zone totalement indépendante des conditions météorologiques, ont été réalisés à l’intérieur de l’Adour durant les 2 derniers jours de la campagne, là ou on aurait vu des ouvertures pour faire du clapage côtier… Bref, les responsables du dragage du port nous ont signalé faire leur possible pour optimiser les clapages côtiers et parlent d’un vrai casse tête.

vendredi 4 2013  6 clapage au large

samedi 5 octobre clapage large

mercredi 9 octobre 8 cycles de dragage dont 5 pour le banc st bernard

jeudi 10 octobre 9 cycles de dragage tous pour le banc St Bernard
Image issue de MarrineTraffic.com

 

Bilan de ces 3 dernières années:

Le conseil communautaire avait validé en Juillet 2010 le principe de reprendre le clapage côtier avec les sables dragués à l’entrée de l’Adour dès l’automne 2010. Le but étant de contrecarrer les conséquences des activités de dragage provoquant la disparition du sable fin des plages d’Anglet en le rejetant au large. A cette occasion, la CCI BPB s’était engagée dans une convention tripartite avec l’ACBA et la ville d’Anglet pour une durée de 3 ans correspondant au marché passé avec son prestataire, la Société de Dragage Internationale.
La base de l’objectif annuel était de ramener 250 000 m3 de sable en clapage côtier. En cette fin de contrat, force est de constater que l’objectif n’a pas été atteint. On a perdu plus de sable que l’on en a ramené. En effet, en 2011, sur 500 000 m3 dragués, seulement 136102 ont été ramené, en 2012, sur 351 348 m3, 211 509 m3 ont été ramené et en 2013, sur 317 305 m3, 234 576 ont été ramené soit une perte totale de 586 466 m3 sur 3 ans, l’équivalent de 48 872 camions benne ou d’une fois et demi le volume de la tour Montparnasse.
On peut tout de même noter que le résultat du clapage côtier est en progression. Mais il reste évident que pour avoir des activités de dragage sans impact sur notre littoral, le mieux serait de ramener 100% du sable dragué puisqu’il a été démontré à maintes reprises que plus de 95% du sable dragué à l’embouchure provient des plages Angloyes. La seule solution totalement efficace aujourd’hui serait l’achat d’une drague pour le port de Bayonne.

drague marieke revenant du banc St Bernard automne 2013
La drague Marieke est chargée de sédiment provenant du banc St Bernard. Elle part ici pour la zone de dépôt au large pour vidanger ses cuves chargées en alluvion. On voit nettement l’eau se soulever à l’avant du navire.

 

L’équipe SoSLa

 

*Clapage côtier: largage du sable dragué à proximité des plages prévu par un arrêté inter-préfectoral.
*Clapage au large: largage du sable dragué sur une zone de dépôt prévu par un arrêté inter-préfectoral.

 

Bonus

sable des plages d'Anglet via vision basque
Photo Visions Basques

Voici 2 bocaux remplis du sable des plages d’Anglet. Celui de gauche est le sable des plages qui vient former le banc dragué à l’entrée de l’Adour. Il s’agit là d’un sable très fin et facilement mobilisable grâce à son faible poids. Il est ainsi transporté par les courants marins contrairement aux graviers que l’on peut voir dans le bocal de droite, dont le poids et le volume sont bien plus importants. Ainsi, à force d’abandonner au large, sur la zone de dépôt, le sable fin dragué à l’entrée de l’Adour, le sable grossier, autrefois minoritaire sur les plages, devient peu à peu prépondérant. Le seul intérêt qui lui est reconnu, c’est qui ne colle pas aux jambes!

 

POINT ÉROSION AU 19 09 2013

Voici le bilan en image:

-Sur le sud du littoral

7293943_ddde5d10ff_l

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

7293945_dee2ca7a64_l
Voici 3 photos disposées en ordre chronologique toutes prises depuis le même point à marée basse, avec un grand coefficient de marée (autour de 104). La première photo date de fin Mars 2013, la deuxième fin Juillet 2013, la dernière de fin Septembre 2013.

On constate que le lagon de la plage du Vvf s’est enfin comblé! Un vrai plateau de marée basse s’est formé, la pente de la plage s’est tendue donnant une pente de l’estran moins forte. Une partie du sable en haut de plage a nettement disparu provoquant presque une fracture à certains endroits. A la plage du club, le constat est le même. On voit que le sable est venu recouvrir une partie des blocs des digues en milieu de plage et que l’on peut atteindre maintenant le bout des enrochements les pied dans l’eau. Aux Sables d’Or, la petite digue de la piscine a réapparue sérieusement provoquant une remarque de certains fidèles de la murette dont le témoignage avait été mis en doute par un représentant de la mairie…

 

-Petit saut au nord du littoral:

 

 

7293950_6a0224bbad_l7293951_9e278d20ff_l7293952_5325575e49_l
Voici 3 autres photos disposées en ordre chronologique. Elles sont toutes prises depuis le même point à marée basse, avec un grand coefficient de marée. La première photo date de Mai 2012, la deuxième fin Juillet 2013 et la dernière de fin Septembre 2013.

Là aussi, au niveau des Corsaires et de la Madrague, la pente de la plage s’est tendue donnant une pente de l’estran moins forte mais le banc de marée basse qui émergeait encore cette été s’est usé pour quasiment disparaître. Au nord de la Madrague, et ce jusqu’à la plage des Cavaliers, on note toujours l’absence de bancs de sable apparaissant à marée basse….C’est toujours le statu quo! Même si la plage là aussi s’est dégraissée dans sa partie haute, la pente de l’estran reste toujours aussi forte. Pour exemple, les maîtres nageurs, depuis certains postes, ne voyaient pas le début du rivage à marée basse. Incroyable, non?

 

En conclusion:

Il semble que les plages angloys aient subit en ce début du mois de Septembre un dégraissage naturelle sur l’ensemble du littoral. Au sud, cela est venue conforter une tendance à l’engraissement de l’estran. Au nord, cela n’a rien changé, preuve qu’il faut continuer à relâcher sur les plages, 100% du sable dragué à l’entrée de l’Adour.

 

L’équipe SoSLa

CAMPAGNE DE DRAGAGE PRINTEMPS 2013

Bilan:

-Voici les chiffres de la dernière campagne de dragage de ce printemps 2013:
Au total 167 779 m3 de sable angloy ont été dragués à l’embouchure de l’Adour et 30 850 m3 soit 18% ont encore été perdu en zone d’immersion au large.
Pour mémoire, la dernière campagne de l’automne 2012 avait permis de draguer 154 013 m3 de sable à l’embouchure de l’Adour. 44 681 m3 avait été perdu en zone d’immersion au large soit 29%. Malgré des résultats en amélioration, les pertes sur les 2 campagnes totalisent encore 75 531 m3 soit l’équivalent de 6300 camions benne!

drague1

La drague Elbe, louée par la CCI BPB, est en train de réaliser un clapage côtier devant la plage des Sables d’Or lors d’une journée favorable.

-Suite aux largages répétés de sable sur le sud des plages d’Anglet depuis fin 2010 avec les dragues du Société de Dragage Internationale (SDI), on distingue enfin un début d’amélioration sur la zone sud et une partie de la zone centrale de la côte. En revanche la zone partant de la plage de la Madrague jusqu’aux Cavaliers laisse entrevoir une situation qui continue de se dégrader.
Le clapage** côtier montre aujourd’hui qu’il est « la solution d’urgence » qui fonctionne plutôt correctement sur les zones ou le sable est clapé. Mais il s’agit là d’un travail de longue haleine vue la technique utilisée. Ce procédé sera satisfaisant le jour où 100% du sable des plages d’Anglet dragué à l’entrée de l’Adour sera ramené sur la côte angloye.
Pour rappel, chaque fois que la drague relâche le sable sur la zone du large, le sable déposé à une profondeur trop importante ne peut regagner la côte naturellement.
Chaque fois que le sable des plages d’Anglet, dragué à l’entrée de l’Adour, n’est pas ramené sur la côte, l’érosion des plages s’intensifie ce qui crée une érosion artificielle majeure.

Conclusion:

Une fois de plus, nous voyons que même avec la meilleur volonté du monde, les campagnes de dragage de la Société de Dragage Internationale sont limitées. Il faut sérieusement penser à l’achat d’une drague adaptée pour atteindre les 100% de clapages côtiers. La balle est officiellement dans le camp de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne, responsable du dragage de l’estuaire de l’Adour pour le compte du Conseil Régional d’Aquitaine et responsable de l’érosion artificielle.

POINT ÉROSION AU 26 05 2013

Avec l’aide de Nautimages, l’équipe SosLa a fait le point sur le bilan sédimentaire visuel du littoral angloy en ce début de saison estivale:

 

-Au sud d’Anglet:

Photo prise le 7 Mai 2012 à marée basse avec un coefficient de marée de 109.
7 mai 2012 coef 109 marée basse26 mai 2013 coef 104 marée basse
Photo prise le 26 Mai 2013, soit un an après, à marée basse avec un coefficient de marée de 104.

– En 2013, on voit nettement qu’à marée basse un banc de sable est venu se former et se souder à la plage du VVF. Il est plus grand et se positionne jusqu’au petit plateau rocheux ce qui laisse entrevoir une amélioration.
Au niveau de la plage du Club, le « beau » lagon de 2012 a laissé place à un banc qui est en continuité avec la plage.
Sur la plage des Sables d’Or, on peut noter un léger engraissement du plateau de sable de marée basse.

 

Photo prise le 7 Mai 2012 à marée basse avec un coefficient de marée de 109.
7 mai 2012 coef 109 marée basse 2le 26 Mai 2013 Marée basse coef 104
Photo prise le 26 Mai 2013, soit un an après, à marée basse avec un coefficient de marée de 104.

– Sur la zone centrale des plages, on note une amélioration de la plage de Marinella avec un banc de marée basse bien large et suffisamment émergé pour être à sec a son extrémité nord!
En revanche, entre la plage des Corsaires et le sud de la Madrague, le fameux « big bank » a disparu! Ses vestiges sont moins proéminents que tous les autres bancs vu précédemment.

Photo prise le 7 Mai 2012 à marée basse avec un coefficient de marée de 109.
7 mai 2012 coef 109 marée basse zone nord25 juillet 2013 coef  104 marée basse zone nord
Photo prise le 25 Juillet 2013 à marée basse avec un coefficient de marée de 104.

-Sur la côte nord des plages angloyes, la situation semble s’être dégradée un peu plus. En effet, le plateau au nord de la Madrague qui était à la limite d’émergé l’année dernière s’est à peine maintenu.
Là où l’on apercevait l’an dernier 1 pointe de sable s’enfonçant dans la mer au niveau du bunker de la plage de l’Océan, cette année il n’en reste rien.
Le plateau de la plage des Cavaliers semble s’être bien rapproché du bord mais il parait amaigri.

-Enfin, sur l’ensemble des plages du littoral d’Anglet, la pente de l’estran reste toujours très prononcée et l’effet de la marée montante vient toujours rapidement créer un phénomène de trop plein perturbant ainsi les activités de baignade ou nautiques.

 

L’équipe SosLa

 

Clapage*: largage du sable depuis le navire vers le fond de l’océan
Dragage**: aspiration du sable du fond de l’océan vers l’intérieur du navire

Compte rendu de la réunion avec la mairie d’Anglet

Suite au succès de la pétition: « Empêchons la vente du sable des plages d’Anglet« , la municipalité a souhaité, au travers du dossier de presse « ÉROSION DU LITTORAL ANGLOY« , clarifier officiellement sa position dans la lutte contre le recul du trait de côte et nous rencontrer pour échanger nos expériences et points de vues sur l’engraissement des plages.

 

Le compte rendu de la réunion :

A travers notre réunion de concertation et d’information avec les élus responsables de la ville d’Anglet et le représentant du Conseil Régional Aquitaine (CRA), nous voyons qu’une stratégie d’avenir est mise en place pour tenter de sauver le littoral.
L’analyse du programme d’actions de la municipalité, pour une gestion plus durable des plages, est plutôt rassurante. Bien que l’équipe SOSLA a une sensibilité différente sur certains points, nous sommes satisfaits de voir que la ville d’Anglet et le CRA s’entendent officiellement pour jouer la transparence avec le public que nous représentons.

Il y a une véritable volonté de l’équipe municipale en place de faire évoluer les clapages côtiers* vers 100%, en militant auprès du CRA et de la CCI de Bayonne pour une drague à demeure. Ce projet permettrait également d’aller chercher le sable stocké au large depuis 116 ans. Mais pour cela, il faut attendre les résultats d’analyse, dont une partie a déjà été réalisée courant 2012, sur la qualité des sables déposés au large, sur la faisabilité des opérations financières et techniques, dont nous ne doutons pas, et sur l’obtention des autorisations juridiques auprès du ministère de l’industrie (permis minier) où la CCI BPB saura se distinguer. Nous restons persuadés que la solution d’avenir est au large puisque nous savons officiellement qu’il existe des milliards de m3 de sable qui dorment dans les fonds. Nous allons veiller au bon suivi des résultats et nous espérons que les élus passeront vite à l’action car il y a urgence.

Concernant la modification de l’arrêté inter-préfectoral n° 04/EAU/24 du 24 mai 2004 autorisant la vente des sables issus du dragage de l’entrée de l’Adour et provenant des plages d’Anglet à des fins non littorales, le représentant du CRA en charge du dossier a signalé que le projet était suspendu pour des raisons technico-financières et a affirmé sa volonté d’utiliser ces sables dans le seul but de lutter contre l’érosion littorale. Faisons le voeu que ces mots ne soient pas vains et se traduisent en actions concrètes.

Nous serons satisfaits de cette position officielle quand les préfectures des Landes et des Pyrénées Atlantiques auront définitivement retiré cette modification d’arrêté lors de son renouvellement en Mai 2014.
Avant la fin du printemps, nous devrions remettre aux préfectures concernées la pétition « Empêchons la vente du sable des plages d’Anglet » afin de faire entendre notre volonté. Pour les retardataires qui n’auraient pas encore signé la pétition, il est encore temps de le faire EN SIGNANT ICI !

 

L’équipe SOSLA.

* dépôt des sables dragués par le navire dans la zone d’immersion côtière