Dans le rapport de M. COUSIN (député de la Manche) intitulé « Propositions pour une stratégie nationale de gestion du trait de côte, du recul stratégique et de la défense contre la mer, partagée entre l’État et les collectivités territoriales » et publié le 02/11/2011, on peut y lire qu’il est recommandé d' »élaborer une protection voire une restauration du bon fonctionnement des écosystèmes côtiers en faisant appel à des solutions innovantes et douces afin de lutter contre l’érosion côtière »

Une des solutions pour les plages d’Anglet serait de ré-engorger avec du sable de proximité.
Il existe, au large d’Anglet, des montagnes de sable sous-marines. Elles ont été alimentées par 116 ans de dragage intensif de l’entrée de l’Adour ce qui représente un apport total de 44.6 millions de m3 de sable. On trouve le sable à partir de -13 mètres de fond! .

Rapport Cabab 2004

Etude préliminaire du comportement hydro-sédimentaire du littoral d’Anglet et de l’entrée du port de Bayonne (Rapport Cabab 2004)

Pour aller chercher cette mine de sable, il faut une drague capable d’aller pomper jusqu’à 35 mètres de profondeur et de ramener ce sable sur la zone de clapage côtier quand les conditions le permettent. Afin que cela soit économiquement viable, les solutions sont:
- soit en louer une, et vu le prix de déplacement de l’engin pour la prestation (environ 400 000€/voyage), il en faudra une grosse capable de faire une belle campagne sur une durée courte,
- soit en acheter une plus petite, le port de Bayonne en a possédé plusieurs autrefois. Elle serait utilisée pour draguer l’entrée de l’Adour (50 jours/an) en faisant du clapage côtier et, le reste du temps, elle irait chercher au large le sable en stock pour ré-engraisser les plages d’Anglet dès que les conditions le permettraient.

Quelques infos sur les coûts alloués au phénomène en million d’euros:

-Le coût de la réfection actuelle de la digue du BOUCAU (accélérateur de l’érosion locale): 10 M€.

-Le coût du dragage annuel opéré par la CCI de Bayonne pour maintenir les fonds à l’entrée de l’Adour: 2.5 M €.

-Le prix d’une drague neuve pour notre problème local: 10 M €.

-Le coût d’un éventuel recul du trait de côte artificiel avec l’impact économique sur l’activité touristique locale: XX M €.

Le financement de la drague est simple: 2.5 M €(CCI+RA) sur 10 ans = 25 M€

Avec cette enveloppe de 2.5M€, la CCI de Bayonne pourrait largement financer le projet et payer la main d’oeuvre des 5 à 6 hommes nécessaires pour conduire et entretenir la drague. Au lieu de perdre l’argent public dans une location étrangère, elle investirait en créant de l’emploi, elle maintiendrait les profondeurs du chenal de navigation du fleuve toute l’année et lutterait contre l’érosion des plages induite part son activité en faisant systématiquement du clapage côtier*.

Est-ce vraiment déraisonnable d’avoir à porter de main un outil mobilisable à tout instant pour protéger la frange côtière locale déstabilisée depuis des décennies par les activités humaines ?
 A méditer….

 

L’équipe SoSLa

 

*clapage côtier: largage du sable au plus près de la côte

 

 

Publicités

2 réflexions sur “UNE IDÉE FOLLE POUR SAUVER LE LITTORAL ANGLOY? PAS SI SUR!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s