Ou irons nous nous baigner demain, ou irons nous surfer?

1968-2013: les plages d’Anglet vue du ciel!

 Au début des années soixante, le tourisme côtier est en plein essor et Anglet, avec ses 4.5 km de plage et de vagues aux renommées internationales, possède d’un beau potentiel. Mais au même moment, l’Etat, en accord avec les politiques locales, continue de développer l’activité industrielle du port de Bayonne avec l’exploitation du gisement de Lacq et fait construire la grande digue du Boucau tout en connaissant les risques d’impact sur le littoral.

A partir de 1966, date qui marque la fin des travaux d’endiguement, la côte angloye n’est plus alimentée en sable par la dérive littorale. De plus, le dragage de l’embouchure de l’Adour, commencé en 1893, devient deux fois plus intense, piochant à chaque opération dans le stock sableux des plages d’Anglet. L’érosion artificielle s’accélère à vue d’œil conduisant la station balnéaire vers une fragilisation de son tourisme alors en plein boum.

Après des dégâts considérables au début des années soixante-dix, le phénomène va ralentir grâce au jugement rendu par le tribunal administratif de Pau démontrant la responsabilité de l’Etat, propriétaire du port à cette époque. Une prise de conscience collective va naître et tentait de minimiser l’impact des activités de dragage avec des digues, des clapages côtiers et l’arrêt des extractions littorales.

Depuis, la côte et ses fonds naviguent entre petites et grandes érosions, suivant les politiques appliquées au dragage car il est dans la nature humaine d’oublier les faits quand ça l’arrange… Pourtant cette ingérence sableuse a un coup économique chaque fois que la drague ne ramène pas notre sable devant la côte et a un impact sur la fréquentation des plages. C’est ainsi que les angloys doivent financer une partie des aménagements côtiers pour lutter contre le recul artificiel du trait de côte et qu’ils doivent contribuer au retour de leur sable dragué depuis 2010 alors qu’ils sont les premières victimes de ces activités. Il s’agit donc d’une double peine!

Ce blog vous informera sur l’histoire des plages d’Anglet et vous sensibilisera sur l’érosion artificielle que subit cette côte depuis 120 ans de dragage. Vous trouverez aussi toutes les études et référencements confirmant la véracité des propos.

Vous pouvez nous aider en vous inscrivant sur notre blog ou sur notre page Facebook et en partageant nos articles.

 

L’équipe SosLa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s