Les plages d’Anglet interdites au public: Combien de fois, combien de temps?

L’épidémie de Covid 19 bat actuellement son plein. La contagiosité de ce virus implique des mesures gouvernementales exceptionnelles pour protéger la population. Celle qui  marque le plus les habitants d’Anglet, c’est l’interdiction d’accéder à son littoral depuis le 18 Mars 2020. Cette mesure liberticide liée à un temps plus que printanier, nourrit l’incompréhension d’une partie de la population, au point de voir apparaître plusieurs pétitions en ligne. Fort de ce constat, nous nous sommes demandés combien de fois, dans l’histoire de notre ville, des événements similaires s’étaient déjà produit et combien de temps ils avaient duré. Des anciens nous ayant dit que cette situation leur rappelait la dernière grande guerre, nous avons commencé cette étude à la 2ème Guerre Mondiale. Attention, dans cet article, nous avons écarté toutes les fermetures de plage pour cause de submersion marine ou de pollution bactériologique qui sont, hélas, des phénomènes récurrents ces dernières décennies, urbanisation oblige!

– Le 27 Juin 1940, quelques jours après l’armistice entre la France et l’Allemagne, la wehrmacht arrive sur la côte basque. Les autochtones présents sur la plage, dans un malaise palpable, continuent de se baigner sous les yeux contemplateurs et fiers des nouveaux arrivants

Biarritz 08 1940 1

Les premiers soldats contemplatifs, face à l’océan un jour d’Août 1940, sous l’œil inquiet des petits et des grands. (photo Getty-image BTZ)

 

Mais l’accès à l’océan va progressivement se restreindre. En effet, le premier été, les militaires allemands partagent les baignades avec les habitants. Puis, le 15 Septembre 1940, la piscine de la Chambre d’Amour est fermée (1). Les maîtres nageurs sont réquisitionnés l’année suivante, pour assurer la surveillance des plages devant l’établissement de bain pour l’occupant (2). Les plages du nord du littoral deviennent inaccessibles au public, notamment avec l’installation de canons à La Barre pour défendre l’entrée du port (3).

En Août 1942, l’organisation T.O.D.S spécialisée dans le génie civil et militaire, va débuter la construction du mur de l’atlantique avec la mise en place de bunkers, de barbelés, de mines, de pieux sur les plages pour empêcher tout débarquement alliés sur le littoral, soit pour Anglet, de l’embouchure de l’Adour jusqu’à la pointe St Martin (4, page 23).

La barre 1944 mediathèque bayonne

Des pieux défensifs sur le haut de la plage de La Barre. Un peu en arrière sur la dune, les bunkers sont en retrait du rivage. (photo Aubert 1944)

 

Ce contexte de guerre latente, couplé à des exercices militaires quotidiens sur le littoral est assez mal vécu par la population, qui voit peu à peu ses plages interdites et se dénaturer. De plus, les locaux ne peuvent plus aller à la plage quand ils veulent. Ils n’ont accès qu’à la Chambre d’Amour, uniquement certains jours et à des heures, tout en montrant patte blanche car tout le monde n’y a pas droit…(5)

 

Batterie Chiberta

Le mur de l’Atlantique en construction au niveau de la plage de la petite Madrague en Avril 1943

 

Dès le retrait de l’armée allemande de la côte basque le 24 Août 1944,  les élus s’attachent à rendre le littoral à leurs concitoyens, car toute interdiction qui perdure est de la privation de liberté arbitraire et injuste.  Mais pour libérer ce littoral de 4.5 km, il faudra un travail colossale de déminage de plusieurs années. D’ailleurs, les communes du littoral seront interdites aux touristes par arrêté préfectoral du 08/07/1945 et ce, jusqu’en 1946 (7) pour permettre aux démineurs, d’abord des prisonniers de guerre puis des entreprises, de réaliser la sécurisation des plages dans les meilleurs conditions. Hélas, il y aura tout de même de nombreux d’accidents. A noter que la piscine de la Chambre d’Amour sera remise en état pour le mois d’Août 1945, permettant aux autochtones de retrouver leur habitude d’avant-guerre dans la chaleur de l’été. 

1945 Chambre d'Amour

L’établissement de bain désert et la piscine vide de la Chambre d’Amour au printemps 1945.

 

Il y a donc une restriction sévère de l’accès à l’océan pour les habitants d’Anglet pendant plus de quatre années d’occupation, et au moins un an de plus pour les touristes le temps de sécuriser toutes les zones! Précisons qu’à l’époque, les plages situées au nord de la Chambre d’Amour, sont considérées comme naturellement dangereuses, et du coup très peu fréquentées par les baigneurs. Il faut imaginer aussi que la population est quatre fois moins importante qu’aujourd’hui et la Chambre d’Amour, à elle seule, suffit. On vient essentiellement à la plage en famille le week-end (6) ou durant les congés payés qui viennent d’être instaurés en 1936. Ainsi la relation entre l’être humain et l’océan est plus simple, avec force pelles et seaux pour les petits, bains et bronzette pour les plus grands. Les sports de glisse en tout genre sont encore quasi-inexistants!

–  Dans la nuit du 25 au 26 Août 1983, des pluies diluviennes s’abattent sur le pays basque français et espagnol. En Biscaye, ces intempéries provoquent des inondations dites « millénaires ». Bilbao et ses alentours sont balayés par les rivières et les cours d’eau qui débordent. Au lendemain de cet événement tragique, la région est méconnaissable. On dénombre plus d’une quarantaine de morts des deux côtés de la frontière. A Bilbao, la masse d’eau, en se retirant, emporte tout avec elle dont plus de deux cent bidons de cyanure de sodium, de cyanure de potassium, de solvant de peinture à base de cobalt et même de la taupicine, présents sur les quais du port. Tous ces déchets toxiques finissent dans l’océan et suivent les courants marins. Trois jours plus tard, oh surprise! Voilà tous les déchets sur les côtes basques et landaises, car rabattus par les vents d’ouest. (9)

INA anglet 1983

Résultats: des macro-déchets et des cadavres d’animaux finissent sur les plages d’Anglet en cette fin d’été 1983!  (photo Ina.fr)

INA anglet 2

Des centaines de fûts de produits chimiques mêlés au bois arrivent sur les plages comme ici à la plage de la Madrague. (Ina.fr)

 

Un arrêté préfectoral est pris immédiatement pour interdire la baignade dans les Pyrénées Atlantiques en pleine saison estivale, notamment à Anglet. En effet, la contenance de certains fûts s’avère très dangereuse, voire mortelle à celui ou celle qui rentre en contact où qui inhale les vapeurs toxiques, d’autant que certains tonneaux fuient.

30 08 1983 sud ouest

Le délicat enlèvement des fûts toxiques des plages de la côte. (Photo archives Sud-ouest 30 08 1983 )

C’est donc ici pour des raisons de pollution chimique (et non bactériologique, alors que cela ne doit pas être terrible non plus) que la baignade et la pratique d’activité nautique sont interdites à Anglet et ce pendant 2 jours! Dès le mercredi, les surfeurs angloys retrouvent le chemin des vagues au large des Sables d’Or, comme le titrait le journal Sud-ouest. (8)

– Le 26 décembre 1993, le littoral atlantique est interdit de la pointe bretonne à la frontière espagnole. Un arrêté qui ne s’est pas vu depuis l’occupation titre l’Humanité! Le 12 septembre 93,  c’est un bateau battant pavillon chypriote, qui a laissé partir en mer au large des côtes de Gascogne, un conteneur d’explosifs contenant 34 000 détonateurs pyrotechniques de fabrication suédoise . Ces derniers commencent à s’échouer sur les plages du littoral atlantique le 18 Décembre. Les engins, difficiles à repérer, constituent un véritable danger car ils peuvent exploser au moindre choc. Plus de 5 000 engins sont récupérés par les pompiers, les soldats et les gendarmes.

sud ouest 3112 93 b

Les fameux détonateurs qui se sont invités sur nos plages pour les fêtes de Noël. (Photo Sud ouest 31 12 1993)

 

Toutes les plages basques sont interdites au public jusqu’au 29 janvier 94 et seront ré-ouvertes en premières, car seuls, 17 détonateurs sur 5 000 ont été retrouvés sur le rivage allant de l’Adour à la Bidassoa. En réalité, on en retrouvera encore ça et là durant les mois qui suivront.

sud ouest 02 01 1994

Une plage interdite au public pendant la crise…enfin presque! (photo archives sud ouest)

 

C’est encore une fois pour des raisons de pollution que les plages d’Anglet ont été interdites d’accès durant plus d’un mois hors saison, avec un risque de se faire arracher une main ou un pied par un détonateur, comme ce fut le cas en Bretagne. (10)

– Le Dimanche 12 octobre 1997, le « Capetan Tzannis« , vraquier grec sous pavillon panaméen de 143 mètres de long et en provenance des îles du Cap Vert, se trouve au mouillage près de l’embouchure de l’Adour. Il doit rentrer le mardi suivant pour charger 12.000 tonnes de soufre solide. La nuit suivante, vers 2h00 du matin, le vent se lève et souffle en rafales force 8. A 5h15, le militaire de garde au sémaphore de Socoa remarque que le « Capetan Tzannis » bouge. A 5h40, il contacte le commandant qui déclare lever l’ancre pour changer de lieu de mouillage. A 6h45, soit une heure plus tard, le navire est échoué sur la plage de l’océan! A aucun moment le commandant n’a lancé un appel de détresse ni demandé l’assistance du port de Bayonne. Une suite de maladresses et d’incompétences du capitaine sont à l’origine de ce résultat! Les pilotes sont furieux. Ils apprennent l’échouage en écoutant la radio le matin à 9h00! Le navire qui s’était déposé sur le sable entre les plages de l’Océan et des Dunes glisse avec la marée et le vent vers le sud la nuit suivante… La digue de la Madrague, plus proéminente à l’époque, ouvre une brèche de trois mètres de long à l’avant de la coque. 120 tonnes de fuel lourd se répandent jusqu’à la plage du Vvf, polluant pour la première fois le littoral angloy en hydrocarbure. Un état des lieux démontre que l’état général du cargo est déplorable. Les treuils de guindeau sont poussifs et ne parviennent pas à dégager le cargo de la digue grâce à l’ancre tribord. (11)

sud ouest 13 09 1997

Le Capetan Tzannis à la dérive sur les plages d’Anglet (photo Sud-ouest 13 09 1997)

 

Le renflouage est parfaitement effectué dans la nuit du lundi au mardi grâce à l’aide de trois remorqueurs, le « Pornichet« , le « Noirmoutier » et l' »Abeille Supporteur » de l’entreprise Abeilles International. Ils ont été mandatés par l’assurance de la compagnie propriétaire du cargo. Le navire abîmé demande la permission d’être réparé à Bayonne. Il reçoit une fin de non recevoir. Pris en charge par un autre remorqueur à hauteur d’Hendaye, le bateau est ensuite remorqué jusqu’à Bilbao. Il sera vendu aux chantiers de démolition de Gijon par son propriétaire. (12 et 14)

Capetan Tzannis

Le Capetan Tzannis s’est éventré sur la petite digue de la plage de Madrague provoquant une mini marée noire

 

Lors de cet événement, les plages d’Anglet sont fermées et sécurisées par l’armée venue en renfort. La dépollution de la plage souillée est engagée dés le mardi matin par une équipe de spécialistes venue de Rochefort, secondée par les sapeurs pompiers. Quelques jours plus tard, il ne reste plus rien du passage du « Capetan Tzannis » sur la plage de la Madrague et celle-ci est rendu au public le week-end suivant.(6)

Plages des Corsaires 1997

La plage des Corsaires, polluée par le fioul lourd du Capetan Tzannis (Frédéric Corazzi)

 

Le stock de sable souillé d’hydrocarbures, soit 2 000 m3,  est emporté à la Barre en 48 heures et restera entreposé sur le parking face à la patinoire durant des années …avant de trouver enfin une filière de traitement. D’après le Cedre, il n’y aura pas d’impact écologique majeur et l’endroit, balayé par les fortes houles engendrera une auto-épuration rapide. Seule, une partie des plages d’Anglet a été fermée une semaine en pleine saison des vagues suite à l’accident.

– Le 19 novembre 2002 , le pétrolier libérien « Prestige » coule au large de la Galice. Plus de 50.000 tonnes d’hydrocarbures s’échappent, polluant sur des milliers de kilomètres la côte atlantique espagnole. La nappe de pétrole dérive lentement et finit par arriver sur la côte basque en début de nouvelle année. Elle s’étale sur le rivage angloy à partir du 28 Janvier 2003, soit plus de 70 jours après le naufrage. (15)

POLLUTION PRESTIGE  MAREE NOIRE 2003

Nettoyage de la plage de la petite Chambre d’Amour en Février 2003 (photo P. Bernière)

Archives Patrick Bernière

Les plages d’Anglet ne sont pas les plus touchées visuellement mais les arrivages de petites boulettes dureront plusieurs mois. (photo Patrick Bernière)

 

Ces boulettes flasques, disséminées un peu partout et mêlées aux déchets naturels souillent les plages. Le plan POLMAR est aussitôt mis en place. Ce phénomène d’arrivage ponctuel se poursuit pendant des mois. Pour la saison estivale suivante, les MNS seront équipés de seaux avec du produit dégraissant, afin d’enlever les traces de mazout sur le corps. C’est une véritable catastrophe environnementale et économique pour toute la côte aquitaine. (14 et 16)

Les plages de la côte basque sont toutes fermées au public du 28 Janvier 2003 jusqu’aux vacances de printemps début Avril. Durant ces deux mois de fermetures, période la plus longue depuis la guerre, les tentations de se jeter à l’eau sont grandes pour les surfeurs en manque de vague, population en hausse constante depuis trois décennies..

Un surfeur est  arrêté à Biarritz durant cette interdiction et écope d’une amende de 11€ pour avoir surfé à la Grande Plage des petites vagues sympas…comme l’explique si bien le blog Surf Prévention.

surfer David Valla prestige surf prevention

Le surfeur David Valla arrêté par la police municipale en Février 2003 à Biarritz lors de l’interdiction d’accès aux plages

 

– Le 05 Février 2014, le Luno, un cargo espagnol vide tente d’entrer au port de Bayonne, avec un pilote à bord. Il est soudainement victime d’une avarie moteur. Il repart mais subit à nouveau une panne électrique totale. A la merci des courants le jour de la tempête Pétra, il s’échoue sur le musoir de la digue des Cavaliers à 9h26 .

luno seb marie

Le Luno, littéralement posé sur le musoir de la digue des Cavaliers à 9h26!

 

Il finit par se briser en deux peu de temps après. Les 12 membres d’équipage, dont 1 légèrement blessé, sont hélitreuillés par un hélicoptère de l’armée. La partie contenant la cabine de pilotage reste posée sur la digue alors que la seconde partie vide, dérive jusqu’à la plage des Cavaliers. Un périmètre de sécurité est aussitôt établi par la police. Sur les 100 tonnes de carburant, 20 tonnes présentes dans la partie arrière se répandent immédiatement dans l’océan. L’odeur est perceptible à 1 km à la ronde. Le premier niveau du plan POLMAR Terre est activé. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans la nuit, les conditions météorologiques ne s’améliorant pas, la partie arrière du Luno se disloque en deux morceaux. Une partie sombre au sud de la digue l’autre au nord du côté de la plage de la Barre. La Préfecture des Pyrénées-Atlantiques sollicite un expert du Cedre afin d’effectuer des reconnaissances et de fournir des conseils techniques pour d’éventuelles opérations de nettoyage des plages. Mais elles s’avèrent inopportunes, du fait de la rapide dilution du carburant déversé dans ces conditions tempétueuses. (14) Le reste du carburant présent dans la partie qui n’a pas coulée est pompé le 08 février.Le navire est ensuite découpé sur place par une société hollandaise spécialisée: Svitzer. Les 1 300 tonnes de métaux récupérés sont fondus dans des aciéries de la région. Le chantier s’achève mi-juin. Le nord de la plage des Cavaliers et le sud de la plage de la Barre sont rendus au public le 01 juillet 2014, soit cinq mois après l’incident. Si cette interdiction d’accès à la plage est la plus longue depuis la dernière guerre, celle-ci n’a concerné qu’un petit secteur de la côte angloye.

– Le 18 Mars 2020, un temps printanier s’installe dans le sud-ouest de la France alors que l’épidémie de Covid 19 touche le pays. La population locale s’échappe quelques instants pour prendre l’air sur le littoral, qui prend pour l’occasion des allures de Champs Elysées. La préfète de région, inquiétée par ces regroupements d’individus sans protection sur toute la côte aquitaine, met en place un arrêté visant à interdire l’accès à toutes les plages de la région et ce jusqu’au 11 Mai 2020. Le but est d’enrayer la propagation du virus durant les 55 jours qui vont suivre!

plage de l'océan 2020

Tous les chemins qui mènent à l’océan à Anglet sont fermés, comme ici à la plage de l’océan.

 

Toutes les allées qui conduisent aux parkings des plages d’Anglet, le long du boulevard des plages sont fermées par des barrières. Cette interdiction est mal vécue par une partie de la population qui place l’océan au cœur de son rythme de vie et engendre de grandes frustrations. Il en va de même pour tous les professionnels du tourisme qui prennent cette crise de plein fouet au moment de l’année synonyme de reprise de l’activité, et des faillites en série sont à craindre…

1586455200.Thu.Apr.09_18_00_00_000.GMT.2020.pharebtz.c3.snap

Le 09 Avril 2020, il fait plus de 20°c, c’est l’heure de l’apéro: personne à terre, personne en mer, HISTORIQUE!  (photo Casagec)

 

A la mi-Avril, les services de réanimation des hôpitaux de France, véritables baromètres de la situation sanitaire, commencent à se désengorger. La population croise les doigts pour qu’une issue heureuse soit retrouvée pour l’accès au littoral dès le 11 Mai. Le 28 avril, alors que tous ses feux sont au vert en Aquitaine, le premier ministre Edouard Philippe décide de prolonger cette période d’interdiction d’accès jusqu’au 1er Juin, soit un total de 75 jours ou de deux mois et demi! Si cette durée est confirmée, cela serait la fermeture la plus longue depuis la dernière guerre alors qu’aucune invasion n’est visible à l’horizon! Une partie de la population locale est démoralisée car elle ne comprend pas pourquoi il sera autorisé de faire du sport en extérieur sans limitation de durée, sans attestation,  dans une limite de distance du domicile inférieure à 100 kmen limitant les rassemblements à 10 personnes maximum, (sports collectifs exclus) dans les parcs, les forêts, les montagnes à partir du 11 mai et pas sur les plages ou dans l’océan…

Il est intéressant de noter que, dans toute l’histoire des fermetures des plages à Anglet, celle que nous subissons en ce printemps 2020 est la seule dont la raison concerne une menace liée ni aux plages ni à l’océan. Même pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la fermeture des sites était liée à des exercices militaires et diverses constructions défensives sur la plage. En 2020, c’est la société humaine qui est visée, les regroupements vus comme un danger, et les plages fermées pour imposer un confinement strict. Mais cette décision forte et plus que symbolique a le mérite d’avoir souligné l’importance des plages et de l’océan dans la vie de toutes les populations littorales.

ville danglet Avril 2020

La côte angloye au mois d’Avril 2020 durant l’interdiction d’accès aux plages  (photo Pays Basque Drone/Ville d’Anglet)

 

Alors que la fédération française de surf et l’association Sport Santé défend l’intérêt des plages dynamiques dès le 11 mai, des élus et des députés montent au créneau pour faire valoir ce concept qui paraît raisonnable s’il est bien organisé. L’histoire n’est pas  finie et la liberté a encore son mot à dire!

L’équipe SosLa

 

Bibliographie:

(1) Mémoire de Berthe Grimard depuis la « Villa Bienvenue » à la Chambre d’Amour. François Palangié.

(2) « 1940-1944 : occupation et Révolution nationale » Dossier pédagogique du Département des PA.

(3) « Quand Hitler bétonnait la côte basque » Jean Curutchet, 1988.

(4)  « Les vestiges du Mur de l’Atlantique sur la côte basque » Antoine Quereilhac, 2015. 

(5) Mémoire de Jean Crouzet, spécialiste d’histoire locale , 2012.

(6)  « Bombardement de Biarritz » M. Dufetel, « Anglet, la ville aux 6 clochers » 1972

(7) « L’accès des communes littorales interdit aux touristes« : Journal Sud ouest, 09 07 1945.

(8) « Alerte aux fûts toxiques« : Journal Sud ouest, Archives 30 08 1983.

(9) « Les plages de la côte Aquitaine envahies par des fûts de produits chimiques » le 05 Septembre 1983, Ina.fr.

(10) « Détonateurs échoués= Plages interdites« : Journal Sud ouest, 27 12 2020.

(11) « Le Capetan Tzannis sur la plage d’Anglet » d’après José Arocena

(12) « A Anglet, après le renflouage, le temps du nettoyage!« : Journal Sud ouest, 27 12 2020.

(13) « Campeurs, attention aux mines« : Journal Sud ouest, 20 Juin 1945.

(14) Cedre: « expert international en pollutions accidentelles des eaux »

(15) Ecologie 64 : « En image, 50 ans de marées noires sur les côtes françaises »

(16) « Marée noire du « Prestige » : les accusés relaxés, les villes du Sud-Ouest ne toucheraient rien » Journal Sud ouest, 13/11/2013.

(17) « Les plages de la Côte basque interdites d’accès » Sud-ouest, 18/03/2020.

 

 

 

Les plages d’Anglet comme vous ne les avez jamais vues!

Depuis le 18 Mars 2020, l’accès aux plages d’Anglet demeure interdit au public. Un fait suffisamment rare dans l’histoire de notre ville et de notre côte pour qu’il soit fortement remarquable!  En effet, dans un monde en constante effervescence, une pause exceptionnelle imposée par les autorités nous permet découvrir un visage inconnu de notre littoral, une façade sans activité humaine. Ce moment, d’une durée limité espérons-le, nous livre, grâce aux différentes caméras qui scrutent l’horizon ( merci webcam HD et Casagec Inginerie), des images uniques rappelant ces ambiances sauvages du fin fond des Landes, gagnées après de longues marches à travers la forêt de pin pour découvrir des rivages désertiques…

Ainsi à Anglet, aujourd’hui, seules restent visible les belles couleurs printanières que donne le soleil à notre littoral, les vagues vierges et incroyables qui déferlent ça et là, les oiseaux marins dans le ciel ou regroupés sur l’estran telle une réserve ornithologique, une laisse de mer persistante en haut du rivage composée de débris végétaux portés par les flots.

Voici le portfolio/Ambiance sauvage Anglet Printemps 2020:

1586433600.Thu.Apr.09_12_00_00_000.GMT.2020.pharebtz.c6.snap

Le nord des plages d’Anglet le 09 Avril 2020 à 12h00. Marée basse, pas un chat! (Photo Casagec)

 

Un jour en Avril 2020

Les oiseaux marins, posés sur le rivage, doivent se demander ce qui se passe pour être aussi peinards! (photo Webcam HD)

 

1586455200.Thu.Apr.09_18_00_00_000.GMT.2020.pharebtz.c3.snap

Joli coucher de soleil à la Chambre d’Amour et pas une âme qui vive à l’heure de l’apéro… (photo Casagec)

 

La Barre Avril 2020

L’embouchure de l’Adour lisse comme un lac, sans pêcheur ni drague (Photo Webcam HD)

 

1586455200.Thu.Apr.09_18_00_00_000.GMT.2020.pharebtz.c5.snap

Les plages du centre angloy, soleil couchant: les oiseaux marins et la laisse de mer sur le rivage rappellent un petit air de plages reculés. (Photo Casagec)

Pic parfait

Incroyable, un « secret spot » sur la côte Angloye!

 

09 04 2020 14h sables

Des petites vagues mignonnes et pas d’écoles de surf sur les vagues des Sables d’Or. (photo Casagec)

La côte angloye

Combien de soleils couchants ont donné gentiment une couleur chaude au littoral angloy durant cette période printanière.

 

1586455200.Thu.Apr.09_18_00_00_000.GMT.2020.pharebtz.c2.snap (1)

La petite Chambre d’Amour, aux falaises dorées, un soir d’Avril 2020. (photo Casagec)

 

Nord anglet Avril 2020

Une vague parmi tant d’autre au nord des plages d’Anglet (photo Webcam HD)

 

Le 11 Mai 2020, cela fera quasiment deux mois que notre littoral sera interdit au public. Une situation hélas qui risque de durer un peu plus longtemps que prévu d’après les dernières annonces de l’Etat et du maire d’Anglet. Mais encore combien de temps? Jusqu’à maintenant, les amours des plages ont été sérieux. Félicitons-les! Et espérons que nos autorités trouveront une solution heureuse à cette problématique car cette privation commence à peser sur le moral, surtout quand le temps affiche des conditions exceptionnelles plusieurs jours d’affilés…

L’équipe SosLa

 

Clapage côtier 2019: jamais 2 sans 3!

Ça y est, les chiffres du clapage côtier sont arrivés et ils sont une fois de plus satisfaisants! La drague Hondarra signe un triplé historique puisqu’elle réitère son record de 2017 et de  2018 en réalisant une nouvelle fois 100% de clapage au droit des plages d’Anglet. 394 194 mètres cubes de sable auront été dragués à l’embouchure de l’Adour et auront fini clapés en totalité devant les plages centrales de la côte angloye. Le secteur sud du littoral est toujours mis à l’écart bien que l’idée d’y claper du sable avait été abordée à la réunion littoral de Mai 2019.

littoral angloy

Clapage devant la plage nord de la Madrague

 

A noter qu’en cette fin d’année 2019, la drague a eu besoin de travailler à l’embouchure de l’Adour en dehors de la période qui lui avait été accordée car les côtes d’alertes du chenal étaient probablement dépassées à la suite des intempéries des mois de novembre et de Décembre, seul dérogation possible d’après le nouvel arrêté de 2017. Il était donc nécessaire de dégager le chenal en urgence pour assurer la sécurité des navires franchissant la Barre de l’Adour.

 

Historique des clapages côtiers depuis 1974:

diagramme 1974 2019 B

En vert, le sable qui a été ramené à la côte, en rouge, le sable qui a été perdu pour le littoral. Cliquer sur l’image pour un agrandissement!

Explication diagramme:

Avant 1974, le sable dragué à l’embouchure de l’Adour était perdu au large provoquant une érosion sans précédent des plages d’Anglet: Hors Cadres!

En 1974, l’Etat alors propriétaire du port, est condamné pour sa responsabilité dans l’érosion artificielle des plages d’Anglet. La DDTM de Bayonne met en place dans l’urgence le clapage côtier avec de bons résultats dès 1976 (83% de retour à la côte), d’abord avec sa drague à demeure « Bayonne III » (1974-1984) puis après son désarmement avec des dragues venues de l’extérieur (1980-1990). Les volumes dragués sont importants et varient en moyenne autour des 700 000 m3 : Cadre vert!

Entre 1991 et 2003, la DDTM n’est plus pro-active sur le clapage côtier alors qu’elle était garante des mesures compensatoires issues de la condamnation de l’Etat. Les résultats des clapages côtiers sont en forte baisse. (15% de retour à la côte) Des dragues venues de toutes l’Europe viennent travailler au port de Bayonne: Cadre violet!

Entre 2004 et 2010, c’est l’arrêt du clapage côtier. Le président de l’ACBA, aussi maire de Biarritz, fait stopper cette activité compensatoire car il est persuadé, à tort, que se sont les clapages côtiers qui polluent ses plages… Les volumes dragués sont en baisse et varie autour des 500 000 m3. L’érosion artificielle de la côte angloye s’accélère à nouveau: Cadre noir!

Entre 2010 et 2015, le clapage côtier reprend grâce à une entente entre la ville d’Anglet, la Région Aquitaine et de la CCI Bayonne Pays Basque. Les dragues venues d’ailleurs reprennent cette pratique sans trop de contraintes jusqu’à notre manifestation en 2012. Le pourcentage des volumes clapés devant la côte progresse: Cadre orange!

Entre 2015 et 2019, la nouvelle drague à demeure Hondarra travaille dans de bonnes conditions. L’équipe du navire ne cesse de progresser, améliore les résultats pour arriver très vite à un sans faute depuis 2017 . Les volumes dragués à l’embouchure baissent ce qui montre aussi l’avantage d’une drague à demeure: Cadre jaune!

Il aura fallu attendre 43 ans pour arriver au résultat idéal et faire en sorte que cette activité portuaire n’ait plus un impact sédimentaire sur la côte angloye.

L’équipe SosLa

IMG_2094b

Hondarra, arrêt au stand !

Elections municipales 2020: Et le littoral angloy?

Alors que les élections municipales vont se dérouler les dimanches 15 et 22 Mars prochains, nous en avons profité pour sonder les points de vue de nos trois candidats sur deux problématiques qui touchent notre côte angloye et qui tiennent à cœur les usagers des plages d’Anglet. Voici en premier lieu les questions que nous avons posées aux candidats, puis dans un deuxième temps, nous avons mis leurs réponses par ordre de retour.

Bonne lecture à tous!

L’équipe SoSLa


Madame, Monsieur,

1/ Nous constatons chaque hiver, sur les plages d’Anglet, des quantités importantes de déchets provenant de l’Adour. Nous constatons aussi à ces occasions que l’océan prend la couleur marron liée au panache poussé par les crues du bassin versant de l’Adour, enrichit des défaillances récurrentes de certaines stations de traitements des eaux qui le jalonnent (photo n1). Ainsi l’eau douce qui se mêle à l’eau de mer provoque des situations favorables à la survie des bactéries pathogènes de l’homme dans le milieu marin (photo n2). Malheureusement, nombreux sont les usagers des plages d’Anglet à se retrouver, hors saison, au contact de ces eaux de mer, sans en connaître la véritable qualité, s’exposant ainsi à des risques de pathologies aiguës. D’après une étude de la CAPB sur la stratégie locale de gestion de la bande côtière de 2015, Anglet compte quasiment deux fois plus d’usager des plages en saison que Biarritz avec 93 000 personnes par mois contre 53 000 et 7154 surfeurs libres contre 4072 à Biarritz. Cette dernière a mis en place depuis plus d’un an une application qui permet de connaître la qualité des eaux de baignade sur ses plages toute l’année. Cette initiative a permis de montrer à plusieurs reprises que la qualité de l’eau de mer n’était pas toujours au rendez-vous et ainsi faire de la prévention envers ses usagers.

Anglet, commune qui surfe sur l’image de la glisse, avec des compétitions de surf de classe internationale (WQS), une surf’avenue, un festival du film du surf et bien d’autres événements dans le même esprit gagnerait en image si elle informait aussi sur la qualité bactériologique de ses eaux de baignade toute l’année, sur trois plages représentatives (Cavaliers, Madrague, Sables d’or) afin d’œuvrer pour la santé de ses concitoyens. Pensez-vous que si vous étiez élu, vous pourriez mettre en place une telle initiative ?

2/ Nous constatons aussi depuis de nombreuses années la présence de mousses littorales sur les plages pendant l’hiver. (Photo n3) Ces mousses blanchâtres et abondantes sur ces derniers mois de l’année 2019 étaient en lien avec les fortes pluies qui ont touché le département provoquant des crues de l’Adour. La venue de fortes houles sur la côte a favorisé leur l’apparition en augmentant le brassage. Il est connu aujourd’hui que cette écume de mer qui persiste sur les plages peut avoir deux explications :

-soit elle est d’origine naturelle et elle est liée à des phénomènes de bloom provoqués par des algues surtout en période estivale, période propice à leurs développements ou à de la matière organique portée par le fleuve jusqu’à la mer.

-soit elle est d’origine artificielle et elle est liée à la présence de détergents pétrochimiques, qui apparaissent lors des fortes pluies, car là aussi, les stations de traitements des eaux du bassin versant de l’Adour pratiquent des délestages de sécurité par manque de performances.

Les analyses des mousses réalisées par la SEPANSO en Février 2019 sur la plage de la Petite Chambre d’Amour et en Novembre 2019 à la Grande plage de Biarritz montrent des concentrations de tensio-actifs dosées en dizaines de mg/l au lieu de dizaine de µg/l prévu par la littérature scientifique dans la colonne d’eau soit 1000 fois plus. Ceci s’explique notamment par leur propriété physico-chimique qui leur permettent de s’accumuler à la surface des eaux de mer et de suivre le vent. Nos jeunes sportifs aquatiques qui sont régulièrement au contact de ces eaux, s’exposent à ces micro-polluants persistants dont des concentrations très faibles suffisent pour leur être toxique.

Les habitants du littoral, ainsi que les promeneurs respirent l’air marin toute l’année. Cet air, chargé d’embruns est connu pour ses bienfaits. Mais plusieurs études françaises* réalisées sur la côte méditerranéenne ont montré que les embruns pouvaient être vecteur de micro-polluants quand l’océan était souillé par les activités humaines. La végétation littorale angloye peut d’ailleurs en témoigner à la suite des derniers épisodes climatiques des mois de Novembre et Décembre 2019. Plusieurs espèces végétales habitués du littoral ont été victimes de dépérissements et ce jusqu’à 800 mètres à l’intérieur des terres ! (Photos 4 et 5)

Ainsi, même si ces mousses paraissent étonnantes et amusantes pour ceux qui les touchent, il y a tout lieu de croire qu’elles sont ni bonnes pour l’homme, ni bonnes pour l’environnement ! Il s’agit donc, si les résultats se confirment, d’un enjeu sanitaire majeur qui justifie aujourd’hui la mise en place d’expérimentations adaptées sur le littoral angloy, pour connaître précisément l’origine de ces mousses et de déconvoluer ce qui est naturel de ce qui ne l’est pas afin d’agir au mieux pour l’intérêt de vos concitoyens. Aussi, serait-il possible, si vous êtes élu de mettre à l’étude le risque toxicologique de ces mousses et de ces embruns au travers d’une structure compétente et si d’aventure le risque était confirmé, de mettre en œuvre un suivi régulier de leur valeur rapporté aux mesures mises en œuvre pour le réduire ?

En vous en remerciant par avance pour le temps que vous passerez à réfléchir à ces problématiques qui touchent notre littoral et en espérant qu’il vous sera possible de nous répondre positivement, je vous prie d’agréer, Madame, nos salutations respectueuses et distinguées.

 Sos Littoral Angloy.

* Travaux de Jean Claude Sigoillot, faculté d’Aix-Marseille, sur la végétation des parcs de la ville de Marseille en 1981, puis ceux de Jean Pierre Garrec INRA Nancy en 1994.

 

Photo 1

Photo 1 : Carte des stations de traitement des eaux non conforme par temps sec en 2018! (Source Ministère de la transition écologique)

photo 2

Photo 2 : Panache de l’Adour chargé et touchant les plages d’Anglet le 20 Mai 2019 avant l’ouverture surveillée des plages à la baignade.

photo 3

Photo 3 : Plage de Marinella avec des mousses importantes le 06/11/2019.

photo 4

Photo 4 : Impact des embruns « pollués » sur la végétation littorale, dune de Marinella le 06/02/2020.

photo 5

Photo 5 : Impact des embruns pollués sur la végétation littorale, dune des Corsaires le 06/02/2020.


 

Liste « ANGLET, AVANÇONS EN CONFIANCE » de Claude Olive

1B2B


 

Liste « RÉVEILLEZ ANGLET » de Sandra Pereira

3B


 

Liste « VIVEMENT ANGLET » de Sandrine Derville

Bonjour,
Je vous remercie pour votre courrier, et pour votre action en faveur de la protection du littoral angloy.
Ce sujet de la qualité des eaux de baignade est en effet majeur pour notre Ville, et pour toute la Côte Basque, à la fois pour l’activité économique liée au tourisme, mais aussi et surtout pour la santé des habitants, promeneurs, baigneurs et surfeurs.
L’environnement, la protection du littoral et de la biodiversité, et la lutte contre le réchauffement climatique sont au coeur de notre projet et seront au coeur de nos actions. Toutes nos décisions seront prises au regard de leur impact sur l’environnement.
Concernant la qualité des eaux de baignade, les deux questions que vous soulevez sont essentielles.
En premier lieu, nous nous engageons à étendre les analyses et la communication sur la qualité bactériologique des eaux de baignade toute l’année, à l’instar de l’application que vous mentionnez à Biarritz, a minima sur les 3 plages représentatives que vous proposez (Sables d’Or, Cavaliers, Madrague).
De plus, nous nous engageons à mener des analyses régulières et approfondies de la qualité chimique des eaux de baignade, par un laboratoire indépendant, et dans la plus totale transparence avec les associations et les Angloys. Si des pollutions étaient confirmées, nous mettrons également tout en oeuvre pour les identifier et les supprimer, et prendrons toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des promeneurs, baigneurs et surfeurs.
De façon plus générale, nous lutterons pour la protection du littoral angloy. Nous respecterons de façon stricte la loi Littoral, et interdirons toute urbanisation supplémentaire des les espaces proches du rivage. Nous travaillerons avec le Conservatoire du Littoral et avec le GIP Littoral pour lutter contre l’érosion, restaurer les espaces naturels littoraux, sanctuariser la dune et « renaturer » notre littoral avec des espèces locales et appropriées. L’impact de la voiture y sera réduit, en favorisant les mobilités douces et en adaptant les navettes (passage à l’électrique, extension des circuits sur tout le littoral angloy, adaptation des horaires).
Enfin nous nous engageons à évaluer et suivre de façon constante ces actions en lien avec les citoyens et avec les associations, à travers deux outils :
– un conseil économique, social et environnemental communal : représentation de la société civile angloye, il regroupera des citoyens, les associations et des experts, et évaluera l’ensemble des politiques municipales.
– un observatoire local des transitions et de l’environnement, qui sera installé au Parc Izadia. Espace de ressources et d’échanges, il fournira à la collectivité et aux citoyens des indicateurs permettant de suivre en toute transparence l’évolution de notre environnement. Ces informations permettront d’évaluer et d’actualiser en continu toutes les politiques publiques.
En vous remerciant à nouveau pour votre action en faveur de la protection du littoral, véritable joyau du patrimoine naturel de notre Ville, je me tiens à votre disposition pour tout renseignement complémentaire,
Bien à vous
Sandrine Derville

 

 


 

 

 

 

 

Submersion marine: quel avenir pour la patinoire de la Barre?

La patinoire de la Barre fête cette année ses 50 ans d’existence. Bravo! En effet, au sortir des Jeux Olympiques de Grenoble de 1968, l’idée d’ouvrir un palais de glace à Anglet sur les bords du littoral fait son chemin. C’était en tous cas le pari fou d’un promoteur, M. Lépine. Il avait trouvé écho favorable pour son projet auprès de la municipalité d’Anglet. Les travaux vont se dérouler alors à une vitesse grand V et la construction de la patinoire s’achève le 15 Mai 1969 à la Barre entre l’embouchure de l’Adour et l’hippodrome avec une piste de 56 mètres x 26 mètres.

Patinoire de la Barre

Début des années 70, la patinoire s’intègre entre la tour des signaux et la piste de karting à côté de l’hippodrome au bord du littoral.

patinoire année 70

La patinoire de la Barre, peu de temps après son ouverture en 1970.

 

Mais le 1er mai 1975, le rideau tombe sur ce palais des rêves. Le propriétaire cesse l’activité et la commune se retrouve avec le bébé sur les bras! Par arrêté municipal du 24 décembre 1975, le maire prend la décision d’annuler la concession de 25 ans et à compter du 1er janvier 1976 l’ensemble édifié devient sans indemnité propriété communale.

La ville relance l’activité et la patinoire retrouve des couleurs et une intense fréquentation avec la montée en puissance de l’Hormadi, l’équipe locale de hockey sur glace qui remplit les gradins par ses performances à la fin des années 70. Les hockeyeurs et l’école de patinage artistique obtiennent alors des résultats flatteurs. (0)

419_001

Des travaux de rafraîchissements ont lieu régulièrement sur ce bâtiment pour répondre à l’augmentation de fréquentation, notamment suite aux 96 000 entrées en 1994! Ils sont réalisés en 1980, en 1997 et en 2012. Il y a même au début des années 2000, un projet de création d’une seconde aire de glisse qui est présenté au conseil municipal, avant d’être retoqué par le préfet pour cause d’empiétement sur le domaine portuaire! Aujourd’hui, la patinoire de la Barre a une capacité d’accueil de 1 200 places et reste un lieu d’animation sportive intense. Mais ce paradis de glisse sur glace est construit au bord du littoral, sur une zone où chaque hiver ou presque, l’océan vient lécher ses fondations. Le problème est tel qu’un mur de protection en sable est dressé devant pour prévenir les risques de submersions marines…

01 2016 Sosla

Le mur de sable dressé en 2016 sur le haut de la plage de la Barre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le 09 Février 2016: les vagues de la tempête Ruzica balayent l’esplanade devant la patinoire malgré le mur de protection!

 

Alors la patinoire de la Barre, patrimoine sportif de la ville d’Anglet, peut-elle être menacée par l’océan? 

Retraçons l’évolution du quartier de la Barre pour bien comprendre la situation actuelle et les options futures:

Hier:

L’hippodrome de la Barre est construit juste à coté de la patinoire mais cent ans plutôt, c’est à dire en 1870! A cette époque, les tribunes et l’enclos sont placés dos à l’océan sur des terrains gagnés sur la mer. Rien ne laisse présager les chamboulements à venir sur la dynamique sédimentaire littorale. Le champ de course,  fait le tour des deux lacs dit « du boucau », qui sont des vestiges de l’ancienne embouchure de l’Adour. Ceux sont les deux points altimétriques les plus bas du secteur.

A partir de 1900, le littoral commence à reculer à raison de 1 mètre par an. Cela est dû aux quantités importantes de sable qui sont prélevées par les dragues et les camions-benne à l’embouchure de l’Adour.

Le 09 Janvier 1924, l’hippodrome est pour la première fois endommagé par une forte tempête. L’enclos et les tribunes sont détruits par des submersions marines, et la piste endommagée.  Les gradins et une partie de l’enclos sont reconstruits et le champs de course remodelée mais la terre a reculé.

la barre 1924 01 09

L’hippodrome ruiné au lendemain de la tempête du 09 janvier 1924. Les vagues sont arrivées jusqu’aux lacs.

 

Le 25 Février 1929, suite à une autre tempête, 50 mètres de piste sont enlevés à l’hippodrome. L’océan continue d’avancer. (1)

Dans les années 40, le complexe défensif mis en place par les allemands accouchera de plusieurs bunkers en front de mer, dont certains sont construits comme une ceinture de béton face à l’océan. Ils seront des repères précieux face à l’avancée de l’océan.

La barre 1944 mediathèque bayonne

Les pieux défensifs sur la plage de la Barre. Un peu en arrière sur la dune, on distingue des bunkers en retrait du rivage. L’hippodrome est saccagé par les exigences de la stratégie militaire.

 

En 1950, l’hippodrome, qui a beaucoup souffert de la guerre, est racheté par la commune d’Anglet. Les tribunes sont reconstruites au même endroit mais l’enclos est déplacé vers le sud, le rivage s’étant trop approché. (2)

En 1963, les fondations des bunkers du haut de la plage sont affouillés par l’érosion littorale, qui gagne toujours du terrain. (rectangle orange)

IGNF_PVA_1-0__1963-03-24

Photo aérienne de l’embouchure de l’Adour  (IGN 1963)

Toujours en 1963, c’est le début de la construction de la digue de Tarnos (rectangle noire). Cette future digue colossale va une nouvelle fois modifier la dynamique littorale et accélérer le phénomène d’érosion sur le littoral angloy. La vitesse d’ensablement de l’embouchure par le sable des plages d’Anglet va être deux fois supérieure! Le recul des plages atteint par endroit 40 mètres en 10 ans.

En 1969 la société foncière de Biarritz Anglet, qui a perdu des surfaces de terrain considérables, intente un procès contre l’Etat pour demander réparation pour sa responsabilité dans ce drame écologique.

1969, c’est aussi la date de la construction de la patinoire de la Barre! Loin d’être intimidé par le contexte, le maire de l’époque François Lacroix, donne l’autorisation de construire la patinoire de la Barre en bord de mer (cadre rouge) à côté des extractions littorales! (cercle bleu)

IGNF_PVA_1-0__1969-05-22_b

La patinoire de la Barre le 22 Mai 1969, soit 7 jours après son inauguration! Photo IGN

 

Mais paradoxalement et contrairement au reste du littoral – et fort heureusement pour la patinoire – le secteur qui va des derniers bunkers à la digue de l’embouchure de l’Adour va s’engraisser en même temps que le chenal se remplit de sable. Notez l’accumulation de sable contre la digue sud en 1969 jusqu’à son extrémité (trait jaune) par rapport à 1963…

En 1970, les extractions littorales se développent et déforment la plage devant la patinoire.

la barre 197x 2

Les extractions de sable, plage de la Barre, déforment la plage en créant des immenses trous sur l’estran à quelques dizaines de mètres de la nouvelle patinoire. 

 

De plus, cette année-là, il est dragué 2 fois plus de sable à l’embouchure de l’Adour cette année là, ce qui est énorme, augmentant le déficit devant la plage. Cette fragilisation de l’estran nécessite la présence d’un mur de protection dès l’ouverture de la patinoire, pour éviter que les vagues ne finissent leur chemin dans le palais de glace!

Patinoire de la Barre

Dès l’ouverture de l’édifice, un mur de sable sera mis en place pour le protéger des risques de submersion de l’océan…

 

Au début de l’année 1974 et suite à une nouvelle tempête de forte intensité, l’hippodrome de la Barre est une nouvelle fois submergé par l’océan. Les pistes de plat en bord de mer sont emportées sur 300 mètres. Les vagues finissent leur course dans les lacs, détruisant  les boxes présents au sud-ouest de la piste et impliquant des travaux coûteux de remise en état avec une relocalisation… Mais aucun dégât sur la patinoire n’est à déplorer!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le 09 02 1974, la piste de plat est submergée par les vagues!

 

Suite au verdict du tribunal administratif de Pau  du 24 Novembre 1974, la DDTM de Bayonne décide de mettre un terme aux extractions littorales, après 75 ans de prélèvements industriels! La plage devant la patinoire va pouvoir se reconstituer mais…

En 1978, la décision est prise de construire la digue des Cavaliers pour barrer la route au sable angloy qui dérive vers l’embouchure. La dynamique sédimentaire est une nouvelle fois modifiée. Elle va être propice à une stabilisation de la plage entre les deux digues.

1978 79

La nouvelle digue des Cavaliers se dresse comme un rempart contre la dérive du sable d’Anglet vers l’embouchure.

 

En 1982, la société des Courses hippiques qui gère l’hippodrome jette l’éponge! L’activité n’est plus rentable et l’entretien est élevé. Un mur de sable est toujours en place devant la patinoire!

60798431

La patinoire de la Barre sur la droite, logée entre la tour des signaux et les bunkers dans les années 80! Sur la gauche, le mur de protection en sable est toujours là

 

En 1989, les tribunes abandonnées de l’hippodrome sont détruites pour le projet « Port Chiberta ». Il implique un renforcement du littoral à l’aide de blocs d’ophite, notamment entre les bunkers de la Barre. Les casemates trop saillantes sont détruites.

En 1998, la plage devant la patinoire n’a pas perdu un seul mètre depuis la construction de la digue des Cavaliers. Cet épis et l’arrêt des extractions littorales ont permis une stabilisation de l’estran entre les deux digues.

1998 IGN

Vue de l’embouchure en 1998 (photo IGN)

 

En 2000, une nouvelle digue est construite juste en face de la patinoire. L’ouvrage d’art, appelé digue intérieure, est légèrement désaxée par rapport aux autres digues. Ainsi, la plage côté nord s’ensable alors que la plage côté sud se trouve en érosion, créant une faiblesse à la submersion marine entre sa base et le premier bunker. (flèche bleue)

2003

La plage de la Barre et sa patinoire en 2003 (google map)

 

C’est ainsi que l’on peut constater des submersions marines quand les conditions sont réunies, c’est à dire quand les coefficients de marée et les houles sont fortes comme ici en 2014:

la barre 0701 2014 seb Marie

La forte houle du 6 janvier 2014 est venue balayer les pieds de la patinoire pendant la nuit.

 

Aujourd’hui:

Depuis 2017, le sable dragué à l’embouchure de l’Adour est ramené systématiquement devant le littoral. Il n’y a donc plus d’érosion artificielle liée à cette activité. Mais la faiblesse du littoral elle, s’est bien ancrée avec le temps. Depuis 2014, le mur de sable est à nouveau dressé régulièrement pour contenir les vagues qui tenteraient de submerger l’esplanade. Mais des fois, ce n’est pas suffisant. Ce mur est visible même depuis le ciel:

2017-bb

Patinoire de la Barre en 2017 (Google map)

En revanche, difficile de voir aujourd’hui des traces d’érosion sur le terrain. Le seul repère reste la distance de sortie de l’océan sur l’esplanade.

 

Et demain:

Ainsi, quel avenir pour la patinoire? Le réchauffement climatique continue d’agir et devrait augmenter la fréquence et la force des intempéries dans le Golfe de Gascogne. Un rapport du BRGM, sorti en 2011 et réactualisé en 2013, souligne que la plage de la Barre est en recul de 0.6 mètre par an avec une érosion prévue de -18.6 mètres d’ici 2040! (3) Ce rapport ne tient pas compte de l’accélération de la montée du niveau des océans sachant que le rythme de fonte des glaces de l’Antarctique a été multiplié par six depuis 1997. Les derniers scénarios  prévoient une augmentation de 77 cm du niveau de la mer d’ici 2100 si aucune réduction des émissions de gaz à effet de serre n’est mise en place (4). Le niveau des océans grimpera de 12,3 mètres d’ici 2500 et seulement de 5 mètres si l’on réussit à réduire modérément les émissions de CO2. Ainsi, les modèles de prévision démontrent que l’eau devrait entourer progressivement la patinoire de la Barre (5):

Ainsi les vagues des tempêtes devraient traverser de plus en plus fréquemment l’esplanade de la patinoire de la Barre pour finir dans les lacs « du boucau ».

L’hippodrome, le karting, le camping, le centre de loisir des jeunes et le tir au pigeon ont été abandonnés où relocalisés par la pression de l’océan ces dernières décennies. Il y a fort à parier que, dans les prochaines décades, une relocalisation de la patinoire soit envisagée si celle-ci fait les frais d’intempéries à répétition. On pourrait alors imaginer qu’elle laisse place à une re-végétalisation naturelle de l’espace dunaire, en lien avec le parc Izadia!

 

Exemple de ce qui risque de se passer de plus en plus fréquemment sur l’esplanade de la Barre dans les prochaines décennies (séquence à 0.38 mn)

 

L’équipe SosLa

(0) Sud ouest 01/11/2012: « L’aventure d’une patinoire à la Barre« 

(1) Pierre Hourmat SSLB « La chambre d’amour à travers le temps » 

(2) Anglet magazine 1970, archives médiathèque Bayonne.

(3)  BRGM/RP59095FR« Caractérisation de l’aléas érosion de la côte aquitaine » 2011. 

(4) Robert M. DeConto & David Pollard: « Contribution of Antarctica to past and future sea-level rise » 2016.

(5) Sea level rise: http://flood.firetree.net/?ll=46.2276,2.2137&zoom=5&m=1

 

Tempête Atiyah: Incroyable, pas croyable!

La tempête Atiyah du 13/12/2019 a marqué le sud du littoral angloy en provoquant un impressionnant désensablement du haut des plages et quelques dégâts sur les aménagements côtiers bien que les coefficients de marées (85/86), la houle au large de la côte (7 à 8 mètres) et le vents ( 100 km/heure) aient été de moyenne intensité. Est-ce à cause de cette dépression, de la direction de sa houle, de l’orientation de ses vents, où de l’enchaînement rapide de ces cinq dernières dépressions énergétiques depuis le 05/11/2019? En tous cas, il y a eu une véritable fuite sédimentaire de plusieurs mètres de haut sur les plages de la petite Chambre d’Amour, du Club et des Sables d’Or. Un phénomène comme on en avait pas vu depuis 15 ans qui fait écho à des dégâts enregistrés sur le reste de la côte sableuse! D’ailleurs, notre chercheur de métal favoris a retrouvé quelques francs sur les zones dégagées, c’est dire depuis combien de temps le sable grossier s’y était installé: Incroyable, pas croyable!

A contrario, le nord des plages d’Anglet s’est bien « ensablé » et aucune structure n’a été endommagée. Des bosses se sont formées en milieu de plage et il y a eu des accumulations significatives de sable en haut des plages, notamment près de la digue des Cavaliers!

Voici un petit bilan de cet événement étonnant:

  • Sud de la petite Chambre d’Amour:
sud vvf

Désensablement de l’accès vers les falaises.

 

IMG_8047

Déchaussement de l’accès véhicule à la plage.

digue sud

Désensablement intégrale de l’épi rocheux du sud du vvf.

 

  • Nord de la petite Chambre d’Amour:
IMG_8040

La plate forme qui descend pour les personnes handicapées a été endommagée!

IMG_8041

Le chemin aboutit dans le vide… No way!

IMG_8069

La barre de maintien a été malmenée par les vagues. De l’autre côté, le vide de 2 ou 3 mètres!

IMG_8071

Les escaliers ont été désensablés jusqu’à leur base! Vous êtes-vous déjà demandés combien de marches il y avait? A la fin de l’hiver 2014, il ne restait plus que 3 marches…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le même endroit après la tempête Christine en mars 2014!

  • Plage du Club:
IMG_8072b

La jonction sableuse entre le vvf et le Club est coupée!

IMG_8038b

La plage est descendue de plusieurs mètres. La plateforme d’accès à la plage, ensablée depuis des années, se retrouve 70 cm dans le vide!

Asi 9 12 2019

Le même endroit le 09/12/2019…!

 

  • Plage des Sables d’Or:
Anglet surf info

Les vagues ont décollé les plaques de béton de la murette! (photo Anglet Surf Info)

Hervé Antoine 2

Autre point de vue du déchaussement des dalles. (Hervé Antoine)

IMG_8073

La plage des Sables d’Or 1 heure avant la marée basse. Absence de plateau qui découvre!

IMG_8075

La plage des Sables d’Or 1 heure avant la marée basse. Absence de plateau qui découvre!

 

Sachant que le haut de la plage a perdu plusieurs mètres de hauteur, entre 2 et 3 mètres, l’estran est redevenu relativement plat et permet à nouveau la pratique du surf à marée haute sur ces plages. Une aubaine pour les surfeurs angloys qui réclamaient depuis une vingtaine d’année le profil de plage des années 80-90, profil qui avait participé à la réputation des vagues d’Anglet. Et déjà les photos dans les tubes à la plage du Club tombent. Magnifique! Mais le sable reviendra forcément un jour à sa place, mais dans combien de temps???

Suarez 17 12 2019

Stéphane Suarez profitant de ce nouveau profil de vague le 17 12 2019!

 

L’équipe SosLa

Victor Mendiboure 1910-1999

A l’occasion des 20 ans de sa disparition, nous rendons hommage à Victor Mendiboure, défenseur du littoral angloy. En effet, homme de la terre, Victor Mendiboure a œuvré durant toute sa vie d’élu pour la préservation du littoral notamment quand celui-ci était victime de l’érosion artificielle créer par les aménagements portuaires de l’embouchure de l’Adour. Alors que la ville d’Anglet se battait vaillamment pour sauver son front de mer depuis 1965, véritable gouffre financier, il aura eu ces paroles célèbres le 21 Novembre 1974 à la sortie du verdict du tribunal administratif de Pau: « Le jugement que vient de rendre le tribunal administratif de Pau à propos de la responsabilité reconnue de la digue de l’Adour nous intéresse au plus au point! Aussi notre conviction est-elle désormais bien ancrée dans nos esprits: la défense du front de mer de Chiberta est l’affaire des pouvoirs publics. J’espère d’ailleurs qu’ils réagiront rapidement et prendront les mesures qui s’imposent car à notre tour, nous pourrions attaquer l’administration… « (1)

Dès 1975, l’Etat réagissait avec plusieurs mesures: Clapages côtiers, construction de six épis au sud d’Anglet et de la digue des Cavaliers, arrêt des extractions littorales à l’embouchure, indemnisation partielle de la S.F.B.A, rachats des terrains les plus exposés à l’océan.

En 1976, alors que le béton envahissait aussi le littoral depuis la fin des années 60, il su aussi imposer, au prix d’une crise municipale grave qui le marqua à jamais, l’interdiction de toute construction entre la Chambre d’Amour et la Barre à l’aide d’un nouveau P.O.S.

Conseiller municipal en 1947, deuxième adjoint en 1953, premier adjoint de 1953 à 1971, il fut élu maire en 1971, puis reconduit en 1977, 1983 et 1989. Il démissionna en 1992, afin de céder son fauteuil à Michel Bonnet, et demeura adjoint jusqu’en 1995. Durant cette longue période, il fut également élu conseiller général, de 1970 à 1988, Chevalier de l’ordre du mérite en 1977 et chevalier de la légion d’honneur en 1988. Aujourd’hui la promenade littorale érigée par la CABAB en 2002 qui va de la plage de la Barre jusqu’à la plage des Sables d’Or porte son nom.

promenade littorale anglet

Zoom sur la promenade littorale que l’on distingue ici entre la plage de Cavaliers et la plage de l’Océan.

 

L’équipe SoSLa

 

(1) Article Sud-Ouest du 21 novembre 1974. Médiathèque Bayonne